Les députés se penchent cette semaine sur une nouvelle répartition du fonds "Blouses blanches"

Les députés se penchent cette semaine sur une nouvelle répartition du fonds "Blouses blanches" 
Les députés se penchent cette semaine sur une nouvelle répartition du fonds "Blouses blanches"  - © ERIC LALMAND - BELGA

Le ministre du budget déposera la semaine prochaine au parlement le projet de budget pour les 3 mois qui viennent. Le gouvernement fonctionne en effet en "douzièmes provisoires" puisqu’il est en affaire courante. David Clarinval appelait ce matin sur notre antenne à la responsabilité des députés pour qu’ils n’y ajoutent pas des dépenses coûteuses.

Il faisait référence, notamment, au Fonds Blouses Blanches, cette enveloppe de 400 millions d’euros, dégagée à l’initiative des députés (à l’unanimité) pour soulager le personnel infirmier alors en grève depuis de nombreuses semaines. C’était en novembre dernier.
Une enveloppe qui, selon le ministre, n’a toujours pas été dépensée. " Aujourd’hui les 400 millions sont toujours sur le compte de Maribel social, mais le parlement n’a pas encore pris les moyens pour dégager ces fonds, donc concrètement le groupe de travail piloté par Marc Goblet notamment (député socialiste) n’a pas encore été en mesure de pouvoir dire comment dépenser cet argent ".


Accord sur une première tranche, la suite est en débat

Pourtant, contrairement à ce qu’affirme le ministre, un accord a bien été trouvé récemment sur l’utilisation d’une première tranche de 67 millions d’euros en 2019. Soit 59 millions via le Fonds Maribel social pour le personnel infirmier des hôpitaux et 8 millions pour le secteur indépendant, c’est-à-dire les infirmières à domicile. Via le Maribel social, les partenaires sociaux qui le cogèrent, se sont mis d’accord pour que cette première enveloppe soit consacrée à l’emploi pour diminuer la charge de travail des blouses blanches. Si tout va bien, les premiers engagements pourraient intervenir début mai.

Au-delà, c’est vrai il faut encore avancer. On sait que les députés ont prévu de financer ce fonds Blouses Blanches à hauteur de 400 millions d’euros en année pleine. Mais, comme le gouvernement est en affaire courante, et qu’il travaille dans le cadre des "douzièmes provisoires", les députés ne peuvent travailler que par tranche de 3 mois, en adoptant à chaque fois une enveloppe de 100 millions d’euros par trimestre. Et c’est sur cette première tranche de l’enveloppe qu’il faut désormais trancher, dans le cadre du projet de budget du ministre.

Et donc, les députés doivent décider ce jeudi, au sein du groupe de travail, comment affecter cette première enveloppe 2020. Soit en reprenant le schéma utilisé pour l’année dernière : en affectant l’enveloppe au Maribel Social, tout en réservant une part pour le secteur indépendant. Soit en affectant aussi une partie au Fonds structurel de financement des hôpitaux, mais sans garantie alors que le budget soit utilisé pour l’emploi ou les conditions de travail.

Un débat suivi de près par les blouses blanches

Toutes ces questions doivent encore être tranchées. Passer par le Maribel social permettrait une gestion paritaire des budgets. C’est la voie défendue par les syndicats qui insistent sur la création d’emploi, y compris pour du personnel logistique et administratif pour permettre aux infirmiers de se consacrer prioritairement aux tâches qui relèvent de l’art infirmier. Il faut aussi, ajoute la CNE, améliorer les conditions de travail du personnel afin d’accroître l’attractivité du métier et lutter contre la pénurie. Les syndicats qui espèrent aussi un engagement clair des députés pour que ce fonds "Blouses blanches", de 400 millions d’euros soit pérennisé pour les années qui viennent, faute de quoi, disent-ils, les institutions hospitalières ne vont pas se lancer dans l’engagement de personnels, si leur financement n’est pas acquis dans la durée.

 

 


 

Archive du 24/10/2019 - Blouses blanches: la détresse du personnel soignant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK