Les cultes, la laïcité et le gouvernement consacrent la primauté de l'Etat de droit

Le Premier ministre Charles Michel (MR) et le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V)
Le Premier ministre Charles Michel (MR) et le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V) - © DIRK WAEM - BELGA

Les représentants des cultes reconnus et de la laïcité ont souscrit mercredi à une déclaration commune avec le gouvernement fédéral où chacun reconnaît notamment la primauté de l'Etat de droit sur la loi religieuse.

A la suite des attentats du 22 mars, le Premier ministre Charles Michel (MR) et le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), ont décidé de réunir régulièrement les représentants des six cultes reconnus (Eglises catholique, anglicane, protestante, orthodoxe ainsi que l'islam et le judaïsme) et de la laïcité.

Deux réunions ont déjà eu lieu, consacrées la lutte contre le terrorisme et la radicalisme. Mardi, les différents représentants ont souhaité structurer davantage leur dialogue au travers d'une déclaration.

"Les droits de l'homme, les libertés fondamentales telles que la liberté d'expression, la liberté de croire ou de ne pas croire, la liberté de conscience, l'égalité entre les hommes et les femmes, la séparation des Eglises et de l'Etat, la culture du dialogue, la primauté de l'Etat de droit sur la loi religieuse, le droit à choisir son mode de vie sont des valeurs inaltérables sur lesquelles nous ne pouvons transiger, nous devons les défendre. L'impartialité de l'Etat permet cette équidistance entre tous les cultes assurant ainsi la cohésion sociale et pacifique dans une société interculturelle comme la nôtre", dit notamment le texte.

Les représentants des cultes et de la laïcité se réuniront tous les 6 mois en compagnie du premier ministre et du ministre de la Justice.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir