Les "coups d'éclat" de Laurent Louis, un député atypique et isolé

Laurent Louis
Laurent Louis - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

Que deviendra le député Laurent Louis à la fin de la législature ? Après chacun de ses "coups d'éclat", on le sent plus isolé. Mais c'est désormais la justice qui veut lever son immunité. Rappel de son parcours plutôt atypique.

En 2010, Laurent Louis, un traducteur-réviseur de 30 ans, habitant Nivelles, est le seul élu à la Chambre du Parti Populaire, grâce au mécanisme de l’apparentement. Auparavant, il avait milité pendant 12 ans au MR.

Très vite, il y a des tensions entre le parti de Mischaël Modrikamen et son élu : on lui reproche son instabilité et des attitudes de harcèlement à l’égard de la porte-parole du PP. Le parti décide en 2011 de l’exclure. Quelques jours après, Laurent Louis annonce la naissance du Mouvement libéral démocrate (MLD), qu’il préside ; il veut incarner "l’alternative à droite".

En avril 2012, Laurent Louis convoque une conférence de presse au cours de laquelle il entend dénoncer l’existence de réseaux de pédophilie en Belgique. Il diffuse des photos issues du rapport d’autopsie de Julie et Mélissa, deux des victimes de Marc Dutroux. Il publie sur son blog une liste de personnalités qu’il présente comme des pédophiles ou des escrocs. Quelques heures plus tard, écœurés, presque tous les députés quittent l’hémicycle au moment où Laurent Louis monte à la tribune de le la Chambre pour poser une question parlementaire. Certains demandent l’instauration d’un cordon sanitaire autour de Laurent Louis et Jean-Denis Lejeune exige la démission du député.

Le parquet de Bruxelles décide d’ouvrir une instruction contre lui pour calomnie, diffamation et recel. Son domicile est perquisitionné. Le Centre pour l’égalité des chances porte plainte contre le député pour incitation à la haine. Les membres du bureau politique du MLD démissionnent et le voilà une nouvelle fois isolé.

Cave lugubre

En juillet 2012, Laurent Louis met en ligne une vidéo qui met en scène de façon grotesque une soi-disant agression perpétrée sur sa personne par le cdH, Ecolo, le MR et le PS. Ce petit film est tourné dans une cave lugubre et on le voit se faire maltraiter par des kidnappeurs armés. Laurent Louis est immédiatement la risée des réseaux sociaux.

Début septembre dernier, Laurent Louis rejoint le parti Islam. En octobre, il annonce qu’il est devenu président de ce petit parti qui avait obtenu deux élus aux dernières communales. Le parti Islam décide d’exclure Laurent Louis. Le député fédéral Laurent Louis lance alors un nouveau mouvement politique intitulé "Debout les Belges!" avec pour objectif la "réconciliation et l'unité nationale".

Ce "mouvement citoyen révolutionnaire et moderne" entend offrir aux citoyens une "véritable alternative" face aux partis politiques qui ont "dénaturé notre démocratie et privé petit à petit les citoyens d'une très grande partie de leurs droits" selon lui.

Déjà fort d'une centaine de "militants actifs" selon Laurent Louis, ce mouvement se présentera aux prochaines élections, mais en concentrant ses forces sur Bruxelles, tant pour le scrutin fédéral que régional. Il présentera aussi des candidats aux élections européennes.

Parlement populaire

La formation fera notamment campagne sur la "suppression des partis politiques", la création d'un "Parlement populaire" composé de citoyens volontaires tirés au sort, l'annulation de la dette publique, la lutte contre les délocalisations, l'augmentation des salaires via la réduction des charges patronales, l'instauration de peines incompressibles, le rétablissement de la "perpétuité réelle" pour les détenus, la sortie de l'UE et de l'OTAN, la lutte contre le sionisme et la fin de "l'ingérence belge" en République Démocratique du Congo, notamment.

Laurent Louis fait l'objet d'une demande de levée de son immunité par la justice suite à son inculpation pour recel de pièces du dossier Dutroux, pour calomnie à l'égard d'un journaliste et pour outrage envers le Premier ministre Elio Di Rupo qu’il a traité à plusieurs reprises de "pédophile".

Le parlement se prononcera finalement jeudi 5 décembre sur cette levée d'immunité. Laurent Louis devra ensuite s'expliquer devant la justice. Le procès devrait se tenir d'ici la fin de l'année prochaine. Entretemps il y aura eu le scrutin de mai 2014.

A.L.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK