Les comprimés d'iode, toujours pas disponibles partout en Belgique: Wouter en envoie à ses amis

Les comprimés d'iode, toujours pas disponibles partout en Belgique: Wouter en envoie à ses amis
Les comprimés d'iode, toujours pas disponibles partout en Belgique: Wouter en envoie à ses amis - © Tous droits réservés

Elle a fait plusieurs fois la une de l’actualité, la distribution de pilules d’iode. Actuellement limitée à 20 kilomètres autour des centrales nucléaires, elle devrait être étendue à tout le pays, pour certains groupes cibles. Oui, mais quand ? L’annonce avait été faite par la ministre de la Santé, Maggie De Block, il y a plus d’un an ; elle a été répétée par le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, en janvier dernier et depuis, plus rien.

Du coup, aujourd’hui, certains s’impatientent.

Wouter, l'ami aux lettres iodées

A commencer par Wouter. Il déplore:  "Cela fait un an que le gouvernement ne fait rien". Wouter est un simple citoyen, qui se sent très concerné par la sécurité nucléaire. Plutôt que d’attendre les décisions du gouvernement, il a décidé de prendre les choses en mains en commandant des pilules d’iode sur internet. "Je me suis renseigné, et j’ai trouvé l’usine qui a fourni les pilules à Fukushima. C’est une société américaine. J’ai commandé les pilules sur internet et grâce à des connaissances, je les ai fait venir en Belgique. 

Depuis lors, Wouter envoie par courrier ces pilules d’iodes à ses amis.  "Dans la lettre je leur écris : vu qu’il n’y a rien de prévu en Belgique au-delà des 20 kilomètres autour des centrales nucléaires, je vous mets à disposition des pilules d’iode. Je mets aussi la notice d’utilisation."

Hors zone, point de pilule

Si l’initiative de Wouter peut prêter à sourire, elle témoigne d’une certaine impatience bien présente dans notre pays.

Hannelore est pharmacienne à Beloeil, donc en dehors de la zone actuelle de distribution d’iode. Elle explique: "On a déjà eu des demandes de patients qui avaient entendu que c’était important d’avoir des pilules d’iode chez eux. Mais dans ce cas-là, on ne peut pas leur en donner."

Mais certains pharmaciens ont parfois du mal à dire non. A Courcelles, le CERP, un grossiste distributeur, gère les stocks de médicaments de plus d’un millier de pharmacies du pays, y compris en iode. Avec le flou autour de l'élargissement des zones de distribution, la gestion du stock d'iode s'est un peu compliquée: "Aux pharmaciens qui nous demandent de l'iode et ne sont pas dans les zones de distributions, on doit refuser. C’est parfois compliqué vu les informations données dans le public et par le Conseil supérieur de la santé. Cela crée un flou " explique Benoit Derasse, le pharmacien responsable au CERP.

Au-delà de la frontière allemande

Un flou à la belge, bien belge... Car il suffit de passer la frontière allemande pour s'en rendre compte. A Aix-la-Chapelle, à 60 km à peine de Tihange, les pilules d’iode sont en vente libre dans tous les pharmacies pour 16,40 euros la boîte.

Et il y a peu, les autorités communales, très opposées au nucléaire, ont décidé d’aller plus loin: "Après les vacances d’été, nous allons distribuer gratuitement les pilules d’iode à la population", explique Markus Kremer, responsable de l'urgence nucléaire pour la ville d’Aix-la-Chapelle. La ville s’est organisée; elle a précisé son plan d’urgence, elle a lancé une campagne d’information pour la population et surtout, elle a commandé 1 millions de tablettes d’iode pour les 250 000 habitants que compte l'agglomération. Voilà une organisation qui tranche avec celle de la Belgique

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK