Les candidats au SELOR critiquent des tests abstraits trop élitistes

Le test de logique est l'un des trois classiques du recrutement au Sélor, avec le bac à courrier et le test situationnel
Le test de logique est l'un des trois classiques du recrutement au Sélor, avec le bac à courrier et le test situationnel - © Sélor

Ils sont beaucoup critiqués mais les tests de logique, des tests abstraits, sont imposés à tous candidats à un emploi par le Bureau de Sélection de l'administration fédérale, le Sélor. Récemment, l'échec de la moitié des inspecteurs de l'enseignement officiel qui ont dû repasser un examen pour occuper leur fonction, a nourri la polémique.

Ces tests logiques sont ratés par de nombreux candidats qui estiment qu'ils pourraient pourtant convenir pour les emplois libres. Et en effet, un fonctionnaire du SPF Économie, qui souhaite rester anonyme, connaît bien ces tests, qu'il a réussis, mais il conçoit que pour certaines personnes ils soient difficiles : "Les tests abstraits sont très spécifiques et demandent une capacité d'abstraction que tout le monde n'a pas alors que ce n'est pas forcément nécessaire pour tous les postes dans la fonction publique. Je crois que cela empêche beaucoup de bons candidats de passer à l'oral et d'être embauchés. Je connais plusieurs contractuels qui travaillent à la plus complète satisfaction de leur hiérarchie, mais quand ils passent ces tests ils ne les réussissent pas suffisamment pour être repris dans la sélection à l'oral."

A l'inverse ce fonctionnaire a organisé un recrutement pour lequel le Sélor lui a proposé des candidats détenteurs de diplômes de haut niveau, qui avaient très bien réussi les tests de logique, mais dont la psychologie ne leur aurait jamais permis de s'intégrer dans la fonction publique - ni dans une entreprise - et ont échoué à l'épreuve orale pour cette raison.

Cédric Danloy directeur de la Recherche scientifique chez Sélor, explique à quoi servent ces tests tant critiqués : "Ces tests de raisonnement abstraits ont la capacité de prédire les performances futures dans le travail des candidats, quelle que soit la fonction prévue. Il a été démontré scientifiquement que les tests de raisonnement abstrait sont ceux qui ont la meilleure valeur prédictive des performances, mais aussi de la capacité à s'adapter, et cette flexibilité dans le travail est quelque chose de primordial dans le monde actuel. La polémique qui a lieu pour le moment est surprenante car ces tests sont utilisés depuis longtemps par nous mais aussi par une grande majorité des bureaux de recrutement."

Les opposants à ces tests affirment pourtant qu'ils écartent des candidats qui sont tout à fait compétents pour la fonction. "Il faut pouvoir objectiver ce genre de commentaire, rétorque Cédric Danloy. Il faudrait des données pour prouver que c'est bien le cas. Il n'est pas impossible que quelqu'un qui n'a pas réussi les tests abstraits performe bien dans la fonction malgré tout, mais il probable que celui qui les a réussis performera mieux. De plus ces testes donnent la chance à tout le monde, que l'on soit déjà occupé dans ce type de fonction ou débutant."

Qu'est-ce au juste qu'un test abstrait ?

Un test de raisonnement abstrait comprend une série de figures géométriques de base qui vont se transformer en une figure finale selon différentes règles. On attend du candidat qu'il comprenne ces règles expliquant le changement et puisse les appliquer à différentes questions qu'on lui pose.

Le Sélor est l'agent recruteur de l'Etat fédéral et de diverses administrations. Depuis 2000, il a abandonné son ancien nom de SPR, ou Secrétariat Permanent de Recrutement au profit de "Sélor" (contraction des termes "sélection" et "orientation").

Patrick Bartholomé et Thierry Vangulick

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK