Les bourgmestres non-nommés lancent un appel à un rassemblement pacifique

Damien Thiéry, bourgmestre non-nommé de Linkebeek
Damien Thiéry, bourgmestre non-nommé de Linkebeek - © Julien Warnand (Archive Belga)

Les bourgmestres non-nommés des communes à facilités de Crainhem, de Linkebeek et de Wezembeek-Oppem ont lancé jeudi un appel à un rassemblement pacifique, sans drapeaux, ni signes d'appartenance particratique, le dimanche 26 juin à Crainhem, en faveur de la démocratie locale qui n'est selon eux pas respectée dans leur commune.

Cet appel s'adresse aux citoyens, invités à manifester sans hostilité en faveur de la démocratie locale qui n'est selon eux pas respectée dans leur commune, ont-ils expliqué au cours d'une conférence de presse tenue deux jours après le refus annoncé par le ministre des Affaires intérieures flamandes Geert Bourgeois, de nommer  Véronique Caprasse au poste de bourgmestre de Crainhem.

Les désormais quatre bourgmestres non nommés ont par ailleurs annoncé leur intention de se rendre à Genève au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies qui doit statuer en septembre prochain sur le rapport présenté par le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere, en mai dernier au sujet de la situation des droits de l'homme en Belgique dans le cadre de la procédure dite de "l'examen périodique universel" (EPU).

Ce rapport n'a fait aucune allusion à la protection des minorités nationales dans le pays, ni au problème que pose selon eux l'exercice de la démocratie dans les communes à facilités.

Au cours d'une conférence de presse, les désormais quatre bourgmestres non nommés, Damien Thiéry (Linkebeek), François van Hoobrouck (Wezembeek-Oppem) et Arnold d'Oreye de Lantremange (Crainhem), ainsi que Véronique Caprasse, qui s'est vue refuser mardi la nomination au poste de bourgmestre de Crainhem, ont affirmé que les lois linguistiques telles qu'appliquées par les autorités flamandes entravaient le droit des francophones à participer à la vie politique communale.

Les quatre mandataires ont également précisé qu'il saisiraient à nouveau le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux du Conseil de l'Europe dont la recommandation de nommer sans délai les bourgmestres des trois commues à facilités, datant de décembre 2008, n'a pas été suivie d'effet par le gouvernement flamand.

Arnold d'Oreye de Lantremange a, pour sa part, indiqué qu'à la suite du refus de nomination de Véronique Caprasse, il restait temporairement premier échevin de sa commune et de facto bourgmestre faisant fonction.

Arnold d'Oreye avait fait part, en décembre dernier, de son souhait de faire un pas de côté à la tête de la commune de Crainhem, pour des raisons personnelles et familiales.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK