Les Belges souhaitent très majoritairement le maintien des militaires en rue

Les Belges souhaitent très majoritairement le maintien des militaires en rues
Les Belges souhaitent très majoritairement le maintien des militaires en rues - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Faut-il que les militaires continuent de protéger certains lieux sensibles à Bruxelles et ailleurs dans le pays ? C'est une l'une des questions que nous avons posées lors de la réalisation de notre nouveau "Baromètre politique" RTBF-La Libre Belgique-VRT-De Standaard-Kantar-TNS, un sondage réalisé pendant près d'un mois, par téléphone, auprès de 2874 personnes (voir fiche technique à la fin de l'article).

A l'affirmation "les militaires doivent rester dans les rues pour protéger la population", sont "d'accord" 69% des Wallons, 67% des Bruxellois et 64% des Flamands. Une majorité nette, donc, dans les trois régions du pays. 16% ne sont "pas d'accord" en Wallonie, 16% à Bruxelles, et 25% en Flandre

14% côté Wallonie et Bruxelles, 10% en Flandre ne sont "ni d'accord, ni en désaccord". 1% "sans opinion" dans les trois régions.

On constate également que les plus de 55 ans sont les plus favorables à ce maintien (75% des 55+ l'ont exprimé en Wallonie, 80% à Bruxelles), tout comme les ouvriers (82% et 84% respectivement) ou encore la classe sociale "supérieure" (77% et 88%). 

Parmi les réfractaires au maintien de l'armée dans les rues, on notera une surreprésentation des 18-34 ans (23% en Wallonie, 31% en Flandre) ou des cadres bruxellois (29%).

Les électeurs les plus attachés à la présence militaire sont socialistes (et les moins favorables sont écologistes)

Notre partenaire Katar-TNS a également analysé la façon dont les électeurs se situaient sur le spectre politique. Et petite surprise, c'est parmi les électeurs PS que le souhait de maintenir les militaires en rue est le plus fort : 76% en Wallonie et 77% à Bruxelles, juste devant le MR (78% en Wallonie, 74% à Bruxelles), alors qu'au total, pour rappel, 69% des Wallons et 67% des Bruxellois sondés y sont favorables. A l'inverse, c'est parmi le parti ECOLO que la volonté inverse s'exprime le plus : 24% en Wallonie et 30% à Bruxelles, alors que le non-maintien des militaires en rues s'élevait en Wallonie à 16% et à Bruxelles à 19%.

Fiche technique : Ce sondage d'opinion sans caractère prédictif de l'attitude envers les partis politiques, les politiciens et les thèmes, y compris l'intention de vote au moment de l’enquête, a été mené à la demande de la VRT / De Standaard / RTBF / La Libre, sur un échantillon aléatoire de n = 753 électeurs résidant à Bruxelles, n = 1045 électeurs résidant en Flandre, n = 1076 en Wallonie, et accessibles via un téléphone fixe ou mobile. L'erreur statistique maximale est de 3,6% (Bruxelles)/3,1% (Wallonie et Flandre), supérieure et inférieure au résultat obtenu pour les énoncés dans l'ensemble de l'échantillon. Les répondants ont été interrogés par téléphone du 11 septembre au 8 octobre 2017. Le rapport technique complet peut être consulté sur www.febelmar.be
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK