Les Belges pourraient participer au démantèlement des armes chimiques en Syrie

temporary-20130927095625
temporary-20130927095625 - © Tous droits réservés

Un compromis a été trouvé à l'ONU entre américains et russes sur la Syrie. En l'occurrence, il s'agit de contraindre le régime de Damas, par la voix du Conseil de sécurité des Nations unies, à démanteler son arsenal d'armes chimiques. L'armée belge pourrait participer à cette destruction.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders l'a proposé l'a semaine dernière. Nos militaires ont en effet développé une expertise reconnue en la matière.

Cette expertise est un héritage de l'histoire, puisque les premières armes chimiques ont été utilisées chez nous lors de la Première guerre mondiale. A l'époque, l'armée allemande n'a pas économisé sur la quantité d'obus tirés. "On retrouve une moyenne de 200 tonnes de munitions par année. Donc 5% de ces 200 tonnes sont chimiques, ont un contenu chimique", explique le lieutenant-colonel Eric Carette.

Pendant 60 ans, les obus chimiques retrouvés étaient simplement largués en mer. Depuis 1980, ces "cadeaux empoisonnés" sont précieusement stockés à Poelkapelle. Cela ne fait qu'une dizaine d'années qu'un processus de destruction systématique est opérationnel, comme nous l'expliquait il y a quelques années Klara Beerens, du peloton munitions toxiques.

"Le système sait traiter toutes les munitions et les gaz qui sortent du système sont tout à fait nettoyés. On avait des problèmes pour faire ça avant parce qu'on ne savait pas séparer les explosifs des toxiques", ajoute le militaire.

L'arsenal chimique syrien comprend du gaz moutarde, comme celui utilisé en 14-18, mais aussi des gaz neurotoxiques comme le sarin. Les méthodes de traitement devraient donc être adaptées.

La destruction des stocks devrait en tout cas se faire sur place, en Syrie. Un processus délicat et très long. A Poelkapelle, il faut une demi-journée pour détruire un obus.

D. Fontaine

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK