Les automobilistes français flashés en Belgique ne sont pas encore poursuivis

Depuis le 30 juin 2012, les autorités belges comme les autorités françaises bénéficient d'un accès direct aux informations et données personnelles des titulaires d'une plaque d'immatriculation de l'autre pays. C'est le résultat d'un accord signé entre les deux pays.

En d'autres termes, un Belge flashé par un radar automatique en France, et vice-versa, est désormais automatiquement poursuivi. Une manière de mettre fin à une certaine impunité qui existait pour les infractions dite "légères" à cause de la lourdeur des anciennes procédures.

Résultat : plus de 161 500 automobilistes belges ont déjà reçu une contravention en provenance de l'Hexagone. Par contre, et ce n'est pas faute d'avoir demandé, aucun chiffre n'a jusqu'ici été communiqué pour les automobilistes français flashés sur les routes belges. "Il n'y a pas encore de chiffre ni d'estimation disponible", nous disait-on. 

Aujourd'hui, une première cause semble expliquer cela : "Il y a un retard pris au niveau de l'installation du software et des moyens techniques qui permettent d'avoir accès à la banque de données", nous dit-on à la police fédérale. Un problème qui aurait dû être résolu pour le début du mois de septembre mais ce n'est pas encore le cas. "On espère que ce sera en ordre dans le courant du mois d'octobre", nous a-t-on confié. 

Une information que n'a pas voulu confirmer le SPF Mobilité en charge de ce travail. "On a parlé d'un couac dans la mise en place du système mais tout doit normalement être résolu", a déclaré Vasantha Fagard, une des porte-parole du ministère qui a promis de se renseigner pour nous.

Du côté de la police fédérale, en tout cas, on maintient que le système n'est pas encore effectif mais on insiste : "Il n'y aura pas d'impunité. Les Français flashés en Belgique recevront comme les Belges en France, leur contravention". Ce ne serait "qu'une question de temps". La police belge a, pour un ressortissant étranger, un délai plus important pour transmettre la contravention, nous a-t-on expliqué. Il est actuellement de 6 mois (contre 14 jours ouvrables en Belgique). Les Français flashés en Belgique depuis le 30 juin seront donc bel et bien poursuivis, nous assure-t-on.

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK