Corps de sécurité en grève ce mercredi: pas de transfert de détenus et les palais de justice surveillés par des policiers

Le palais de Justice de Bruxelles.
Le palais de Justice de Bruxelles. - © BRUNO FAHY - BELGA

Les agents du corps de sécurité sont en grève ce mercredi pour une durée de 24 heures. Conséquence : il n’y aura pas de transfert de détenus et les palais de justice seront surveillés par des policiers. Les agents dénoncent les incertitudes liées à leur salaire et à leur pension. D’ici janvier 2019, ils passeront dans le giron de l’Intérieur et non plus de la Justice, comme c’est le cas actuellement.

Michel Jacobs, permanent CGSP, dénonce l’absence d’interlocuteurs dans ce dossier. "Je me demande toujours si je négocie avec Jan Jambon [ministre de l'Intérieur, NDLR] ou si je négocie avec le ministre de la Justice, déclare-t-il au micro de la RTBF. Pour le moment, j’ai un peu de difficultés, mais je ne suis pas ambivalent, donc j’espère pouvoir discuter avec le ministre de la Justice jusqu’au moment du transfert, c’est-à-dire au 1er janvier 2019."

Pour Michel Jacobs, la situation actuelle équivaut à un manque de respect pour les agents du corps de sécurité. "Le corps de sécurité a été créé en 2003. On devait améliorer certaines choses depuis 2003, nous ne l’avons jamais amélioré. Nous n’avons jamais 'upgradé' leurs fonctions. C’est un manque de respect clair, net et précis."

Les syndicats des agents du corps de sécurité attendent des éclaircissements rapides. S'ils ne sont pas entendus, ils prévoient d'organiser dès janvier prochain des arrêts de travail chaque semaine dans les différentes provinces du pays. 

Ecoutez Michel Jacobs au micro de notre journaliste Fabrice Gérard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK