Les affiches électorales: coûteuses, inefficaces et anti-écologiques…

Les affiches électorales appartiennent-t-elles à un autre âge.
Les affiches électorales appartiennent-t-elles à un autre âge. - © HANDOUT 11 11 11 - BELGA

Elles fleuriront bientôt partout. Pour les élections communales du 14 octobre et ensuite pour les scrutins fédéraux, régionaux et européens huit mois plus tard. Il s’agit des affiches électorales qui viendront se coller -et se surcoller- sur des panneaux de bois surgis comme par miracle sur les places et dans les rues.

Mais à l’heure d’internet, des réseaux sociaux et des pages Facebook, cette technique d’un autre âge est-elle encore efficace? Interrogé par la VRT, le politologue de l’Université de Gand, Herwig Reynaert, émet des doutes sur la question. Selon lui, les affiches électorales appartiennent à un folklore d’un autre âge.

Pour le scientifique, les études démontrent d'ailleurs que l’impact de cette méthode est fortement limité. Et les inconvénients sont nombreux: "C’est un investissement qui coûte cher, et les coûts pour l’environnement sont élevés". Il y aurait même une sorte d’injustice, puisque le prix de ces affiches est souvent pris en charge par les candidats les plus jeunes qui ne peuvent pas compter sur la structure financière du parti.

S’il continue, moi aussi

"De plus en plus de voix se lèvent pour ne plus faire imprimer d’affiches, mais on entend souvent que les responsables politiques continuent de le faire car les autres partis le font aussi" déplore de Gantois.

Pour le politologue, il s’agit pourtant d’un combat d’arrière-garde. L’affiche électorale devrait disparaître comme ce fut le cas, jadis, pour les caravanes de campagne ou encore les gadgets. Rappelons que la distribution de gadgets avait fait l’objet d’une interdiction.

Nous sommes à un moment de rupture

Pour Herwig Reynaert les réseaux sociaux ne pourront, dans un premier temps totalement remplacer les affiches. Il évoque sur la chaîne publique flamande un moment de rupture: "Il est possible d’atteindre beaucoup de gens en ligne, surtout des jeunes, mais un certain nombre de personnes reste sur le côté."

Une autre méthode très en vogue dans les pays anglo-saxons consiste à envoyer les militants faire du porte-à-porte. Une technique qualifiée de "chronophage", mais dont l’impact serait réel. A tester dans près de 4 mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK