Législatives 2019: Elio Di Rupo et Chastel renvoyés dos-à-dos

Elio Di Rupo fait sa rentrée et en profite pour répondre au Président du MR. Pour mémoire, la semaine dernière, le chef de file des bleus, Olivier Chastel annonçait sa préférence pour une reconduction de l'actuelle majorité fédérale (MR-Open-VLD, N-VA et CD&V) ainsi que régionale wallonne (MR-CDH) lors du maxi-scrutin de mai 2019. Bref, des configurations où le PS brille par son absence.

 Elio Di Rupo y va donc aujourd'hui de sa contre-proposition : "C’est autour du Parti socialiste que des progressistes de la société civile, des associations et des syndicats doivent se rassembler. Ce gouvernement MR/N-VA est une catastrophe pour les citoyens. La seule alternative est, d’une part, le PS et un nouvel axe, un axe de progrès PS/Écolo/DéFI" , a-t-il déclaré sur l'antenne de La Première. Ce lundi dans le Soir, le président du PS précise qu'il souhaite mettre en place ce qu'il appelle  un "pôle de progrès".

Une clarification "salutaire"

Le président du MR Olivier Chastel a pris connaissance des préférences annonçées par Elio Di Rupo. Pour lui, 'Elio Di Rupo confirme l’analyse faite par le MR depuis l’été 2017. L’électeur francophone a maintenant le choix entre deux offres clairement identifiées. La première, de centre-droit est une coalition ambitieuse, réformatrice, ouverte au changement. La seconde, clairement marquée à gauche, réunit le Parti Socialiste, Ecolo et Défi. Elio Di Rupo officialise donc la création d’un nouveau Pôle des gauches, qui était déjà visible lorsque, l’été dernier, Olivier Maingain a préféré rester scotché au Parti Socialiste à Bruxelles plutôt que de tenter de donner un nouveau souffle à une Région fragilisée".

Jeux de communication

Si Olivier Chastel se félicite de cette clarification du paysage politique francophone,  le président de Défi, lui renvoi Elio Di Rupo et Olivier Chastel dos-à-dos. Dans leurs choix d'alliance, il y voit "des jeux de communication alors que des coalitions PS-MR se dessinent dans plusieurs communes". "Ce sont des positionnements qui font fi de la la volonté des électeurs. DéFI n'est pas dupe de ce jeu de communication alors que l'axe PS-MR est annoncé dans nombre de communes", a lancé le président, Olivier Maingain, sur Twitter.

De son côté, Ecolo préfère ne pas s'aventurer à désigner sa coalition privilégiée en vue des élections de 2019. "Avant  2019, il y a 2018", a réagi sur Twitter la co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi, faisant allusion aux élections locales d'octobre. "Et là les alliances qui ont produit Publifin ou le Samusocial semblent manifestement privilégiées", ajoute-t-elle, en référence aux majorités PS-MR à la province de Liège et à la Ville de Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK