Légaliser le cannabis: Maggie De Block met De Wever en pétard

Légaliser le cannabis: Maggie De Block met De Wever en pétard
4 images
Légaliser le cannabis: Maggie De Block met De Wever en pétard - © Tous droits réservés

Alors que l’accord de gouvernement prévoit une tolérance zéro en matière de consommation de drogues, la ministre de la Santé, Maggie De Block, prône une offre régulée de cannabis. Au sein de la majorité qui compte la N-VA, la proposition fait désordre.

Ce projet de la ministre fait fulminer le bourgmestre d’Anvers et président de la N-VA Bart De Wever. En Belgique, fumer du cannabis n’est pas légalisé, mais toléré. Dans les faits, la possession de trois grammes ou la culture d’un plan n’est plus poursuivie par la justice, mais à Anvers, depuis un an, les petits consommateurs sont désormais sanctionnés. Le débat est donc relancé en Flandre.

Drogue: De Wever veut remettre De Block sur les rails

A l'encontre de sa propre majorité, Maggie De Block voudrait examiner les possibilités d’une légalisation partielle. Pour elle, "mener une politique trop répressive ne rapportera pas grand-chose " . Mais Bart De Wever ne veut pas en entendre parler. " Ce serait une politique tolérante vis-a-vis du Cannabis. Qui va-t-on contrôler. Quand, comment et où va-t-on consommer? Les ministre doivent s’en tenir à l’accord pour éviter la confusion ".

La proposition de la ministre se base pourtant sur différentes études universitaires proposant une offre régulée dans ce qu'il est convenu d'appeler des ‘Cannabis social clubs’, des ASBL qui cultivent pour leur propre consommation.

Pour Brice De Ruyver, professeur de criminologie à l’Université de Gand, ces clubs ne poursuivent aucun esprit de lucre. " Ces petits groupes de consommateurs devraient pouvoir consommer du cannabis de manière régulée. "

La Belgique repose sur un régime hypocrite

Serge Zambek, président de Fedito Bruxelles (Fédération bruxelloise des Institutions pour Toxicomanes) s’oppose à la tolérance zéro prônée par le gouvernement et se déclare favorable à la proposition de la ministre libérale flamande." Il existe un régime hypocrite en Belgique où l‘on peut consommer mais l’on ne peut pas détenir. " Cela pose des problèmes de santé publique au sein des institutions qui gèrent ce problème

" Ce qui est extraordinaire est qu’un ministre de la santé, Maggie De Block, évoque une ouverture du côté de l’accessibilité à un produit qui est, contrairement à ce que dit Bart De Wever, en vente libre, mais aux mains des trafiquants et pas du tout contrôlé ni régulés par les autorités publiques."

Serge Zambeck veut aller plus loin que la situation actuelle. D’abord en changeant la loi qui réprime toujours la détention de cannabis. Il existe bien une circulaire du ministre de la Justice qui, en 2005, a autorisé la détention par les adultes de 3 grammes de produits, mais ce n’est toujours pas une loi.

Décriminaliser la détention

"Il faut décriminaliser, dans les trois régions, la détention et la consommation du cannabis. Ensuite il faut pouvoir permettre aux pouvoirs publics de contrôler la qualité du produit. " Et la solution résiderait précisément dans la création de ces clubs, en permettant le contrôler son conseil d’administration, sa production et ces membre. " Et cela alors qu’aujourd’hui, le commerce de drogue sous l’emprise de la pègre est incontrôlable : " Ce marché est actuellement complètement dérégulé."

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir