Le "wooncode" fait débat, même en Flandre

RTBF
RTBF - © RTBF

En vertu du décret flamand sur le logement "wonen in eigen streek", "habiter dans sa région", pour acheter un logement dans certaines communes de Flandre, il faut pouvoir établir un lien fort avec cette commune. Certains jugent ce décret discriminant.

Cette semaine, deux ménages francophones se sont vu refuser l'achat d'un logement en Flandre. Et le débat au parlement flamand est relancé.

A l'origine, ce décret a pour objectif de limiter la montée des prix de l'immobilier dans certaines communes flamandes, de permettre donc aux gens du coin de pouvoir encore se payer un logement. Pour le député CD&V Eric Van Rompuy, il n'y a là aucun problème : "L'origine n'est en fait pas communautaire. Maintenant, parce qu'il y a quelques problèmes au Brabant flamand et à la côte, on essaie d'interpréter ça d'une façon linguistique. Mais l'origine n'est pas là : en fait, c'est un but social".

Dans l'opposition, Groen! défend les objectifs du décret mais critique les moyens mis en uvre pour les atteindre. Cela est discriminant d'après Groen!, le critère linguistique serait souvent avancé pour refuser l'achat d'un logement en Flandre, constate Mieke Vogels, députée Groen! : "De plus en plus, il y a des bourgmestres et des collèges échevinaux qui utilisent la connaissance de la langue pour éviter que des gens viennent habiter sur leur territoire. C'est tout à fait contre le principe européen, où il y a de la mobilité libre. Et ça n'a rien à faire avec la langue. On a fait marche arrière".

Freya Van den Bosche, la ministre flamande du Logement, a annoncé son intention d'amender le décret. On ne sait pas encore sur quels points porteront les modifications. Ce qui est plus que probable en revanche, c'est que la tâche ne sera pas aisée avec la N-VA dans la majorité.

 

Baptiste Hupin

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir