Le Wallon se sent de plus en plus différent du Flamand

78% des Wallons sont fiers d'appartenir à la Wallonie
5 images
78% des Wallons sont fiers d'appartenir à la Wallonie - © Bia bouquet

Selon une enquête de l’IWEPS que la RTBF a pu consulter, le citoyen de Wallonie reste très attaché à sa région, et il se sent toujours majoritairement Belge. Mais il apparait aussi qu’il se sent de moins en moins proche de son voisin de Flandre.

L’IWEPS (Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique) publie son nouveau baromètre social de la Wallonie 2012-2013.

Cette enquête porte notamment sur le sentiment "identitaire" des sondés: se voient-ils avant tout comme des Wallons, des Belges, des Francophones ou des Européens ?

Et les résultats sont assez édifiants. Il y a 10 ans, 35% des Wallons se sentaient "différents" des Flamands. Aujourd’hui, ils sont plus de 66%... Les tensions communautaires ne sont sans doute pas étrangères à cette impressionnante augmentation.

 

En corollaire, les Wallons semblent développer un sentiment d’appartenance à leur région. Ainsi, 78% des personnes interrogées se déclarent fières d’être wallonnes.

Précisons que cette "fierté wallonne" ne se développe pas au détriment du sentiment d'appartenance à la Belgique. L'identité "européenne" par contre croît lentement et reste minoritaire.  

Enfin, autre statistique : le Wallon se sentirait plus proche du Français (45,2%) que du Flamand (33,9%). Il y aurait donc, selon le rapport de l’IWEPS, "une prédominance de la dimension linguistique et culturelle sur la dimension d’appartenance commune à la nation belge".

Des tendances à méditer, et à mettre en parallèle avec l'évolution institutionnelle du pays...

Pour réaliser ce "baromètre social de la Wallonie", l’IWEPS a interrogé plus de 1200 citoyens wallons entre 2012 et 2013, en collaboration avec des équipes universitaires (ULg, UCL, ULB) et l’Institut de sondage TNS Dimarso. Marge d'erreur: 2,76%.

Rudy Hermans

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK