Le tax-shift va-t-il réellement bénéficier aux bas revenus?

"De quels bas et moyens revenus parle-t-on?"
"De quels bas et moyens revenus parle-t-on?" - © BRUNO ARNOLD - BELGA

L'annonce la plus symbolique du gouvernement ce jeudi porte sur les 100 euros de pouvoir d'achat en plus pour les bas et moyens revenus. Une bonne nouvelle, pour Christine Mahy, présidente du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté.

Mais elle s'interroge: cet avantage bénéficiera-t-il vraiment à tous les bas revenus? Pour Christine Mahy, la priorité, c'est que les bas revenus non-fiscalisés soient bien le coeur de cible de cette mesure. "Comment est-ce que cette somme d'argent arrivera près d'eux, si elle leur est accordée aussi, si elle arrivera auprès des pensionnés, est-ce qu’elle arrivera auprès des chômeurs, est-ce qu'elle arrivera auprès des allocataires sociaux etc., s'interroge-t-elle. De quels bas et moyens revenus parle-t-on? Et à travers quelles formules sera-t-elle accordée?"

"Il faut être certain que le dispositif leur parvienne, car si elle passe par la fiscalité elle risque d’échapper à toute une série de personnes, et à être un avantage pour une classe moyenne déjà bien installée".

Les bas revenus sont davantage affectés par une augmentation de la TVA

Revers de la médaille pour les défenseurs des bas revenus: l’augmentation de la TVA sur l'électricité de 6 à 21% est une des grosses mesures qui financera le virage fiscal à hauteur d'un cinquième. "Vous touchez un bien de nécessité fondamentale et quotidienne. Toucher à la TVA, c’est affecter l’entièreté des citoyens sur une disposition dont ils ne peuvent pas se passer. Personne ne peut dire qu’il va vivre sans électricité, et les bas revenus sont davantage affectés par une augmentation de la TVA. Il y a des moyens plus justes d’agir sur la fiscalité pour permettre de faire entrer de l’argent dans les caisses".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK