Le système de validation des pouvoirs remis en question au Parlement wallon

Au lendemain du blocage au parlement wallon, les partis qui ont pris la parole à la tribune sont unanimes, il faut revoir cette règle : "Il est bien entendu clair que nous sommes déterminés à revoir en profondeur la procédure de vérification des pouvoirs dès lors que l'assemblée sera constituée pour éviter qu'à l'avenir la démocratie soir prise en otage pendant quelques jours et que nous donnions un spectacle déplorable", a déclaré Pierre-Yves Dermagne (PS).

Matthieu Daele, député écolo, insiste, lui, sur un point : "Il faut que cela soit une instance neutre, qui ne soit pas juge et partie, qui puisse in fine valider les élections. Nous allons dans les semaines qui viennent, devoir nous poser ces questions et pouvoir proposer des modifications , ça c'est essentiel".

Un avis partagé par Jean-Luc Crucke (MR) : "On ne peut pas être juge et parti. Ca semble tomber sous l'évidence et effectivement, il faudra revoir le système. Mais le revoir aussi pour tout le monde, pour tous les parlements. Et c'est peut-être là que la difficulté pointera".

Faut-il un accord avec les autres parlements ? Le Fédéral est-il seul compétent ? Les avis divergent à ce sujet. Pour Maxime Prévot (cdH), le parlement wallon pourrait se saisir de la question : "A priori, en vertu du principe de l'autonomie constitutive, il y a certainement une série d'actes que nous pouvons poser en toute autonomie, mais cela doit faire évidemment l'objet d'une analyse juridique approfondie".

Le parlement wallon est notamment compétent, pour la façon dont il compose la commission de vérification des pouvoirs. Actuellement, c'est un tirage au sort qui la compose, cette  composition qui a justement donné tant de fil à retordre au parlement wallon cette semaine

 

C.B. avec B. Hupin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK