Le système de pension à points "ne garantit pas de connaître le montant de sa pension"

Le système de pension à points "ne garantit pas de connaître le montant de sa pension"
Le système de pension à points "ne garantit pas de connaître le montant de sa pension" - © Tous droits réservés

"Les travailleurs demandent de la prévisibilité et de la sécurité pour le calcul du montant de leur pension. Que l’on calcule en points, en carottes ou en haricots, je veux que l’on sache combien on va toucher en fin de carrière." 

Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC, est particulièrement remontée contre le système de pension à point du ministre Bacquelaine. L'invitée de Matin Prem1ère est également revenue sur l'établissement d'un service minimum pour la SNCB (du côté du Fédéral) et les TEC (du côté wallon) : "Ça ne marchera pas. Cela n'offrira aucune solution aux navetteurs et aux voyageurs."

Manque d'investissement à long-terme dans la fonction publique

Si la CSC ne soutient pas officiellement la grève des agents de la FWB qui s'occupent des paiements des enseignants, la secrétaire générale de la CSC se dit auprès de ces travailleurs, qui dénoncent la vétusté des outils informatiques et le manque criant de personnel.

"Si ce qu’ils disent est correct, donc que les logiciels informatiques avec lesquels ils travaillent datent des années 70, et bien ça ne m’étonne pas qu’il y ait un bug. Cette situation rappelle le manque d’investissement à long terme dans la fonction publique, qui doit permettre de garantir sa continuité. La CSC est aux côtés de ces agents mécontents, qui expliquent que cela fait des mois que le feu couve."

Et de continuer à soutenir le pacte d'excellence. "Nous serons derrière cette réforme, tant qu’elle permet aux enseignants de s’y tenir."

Financement complémentaire des pensions

Autre sujet brûlant, le système de pension à points élaborés par le ministre MR Daniel Bacquelaine. Un système qui, selon le discours du gouvernement fédéral, permettra d'accumuler des points qui seront convertis en euros lors de la mise en pension, afin de s'adapter aux coûts futurs de la vie. Une rhétorique que Marie-Hélène Ska réfute.

"Non, ce n’est pas un alignement sur le coût de la vie, c’est éventuellement — je ne le sais pas encore — un alignement sur l’espérance de vie. Même pas sur les conditions de vie en bonne santé. Mais ce qui intéresse les travailleurs aujourd'hui, c’est combien je vais toucher et ce système ne garantit pas de connaître le montant de sa pension." "Ça ne garantit en rien que le montant de votre pension représentera un certain pourcentage de votre dernier salaire. " ajoute-t-elle.

Au travers de ses différentes réformes, le Fédéral a déclaré avoir fait une économie de 5 milliards sur le coût des pensions, sur les dix milliards estimés. "5 milliards de moins pour les travailleurs" pour la patronne de la CSC. "Avec les 5 milliards restant, est-il possible de sortir du conservatisme actuel du gouvernement ?" demande-t-elle, en évoquant la possibilité d'un financement complémentaire des pensions, via notamment des mesures fiscales.

Des mesures fiscales pour lesquelles "il n'y a aucune concertations. "Les discussions dans les couloirs feutrés dans les cabinets ministériels." dénonce-t-elle.