Le sp.a avance à son tour un plan de sortie du nucléaire dès 2025

Comme Ecolo l'a fait mardi, le sp.a a présenté mercredi son propre plan pour sortir du nucléaire dès 2025 sans menacer la sécurité d'approvisionnement, sans effrayer les investisseurs ni faire monter en flèche la facture des ménages et entreprises, dit-il.

Tandis que 3,6 gigawatts seraient nécessaires pour remplacer les réacteurs nucléaires, le sp.a se fait fort de garantir grâce à son plan d'investissement 5,9 GW de capacité flexible en renouvelable d'ici 2025. Il prévoit aussi la construction de cinq centrales au gaz pour 5,1 GW, 0,4 GW en réseaux de chaleur, et l'augmentation de 0,5 GW en cogénération, ainsi que de la géothermie profonde et des capacités de stockage. Les investisseurs pourraient bénéficier de crédits à taux avantageux via le fonds Synatom.

Le coût de la sortie du nucléaire serait aussi en partie amorti en recourant au système d'échange de quotas d'émissions de l'UE (ETS) qui devrait fournir quelque 400 millions d'euros par an à la Belgique entre 2021 et 2030, selon le sp.a. Si la construction de nouvelles centrales au gaz devrait conduire à une hausse provisoire des émissions de CO2, le recours à l'ETS devrait au final faire baisser les émissions globales, plaident les socialistes flamands, citant une baisse de 4% pour la Belgique en 2030.

Pas de sortie du nucléaire en 2025 pour Bart De Wever au JT du 25/12

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK