Le scandale des visas humanitaires enfle, 600 dossiers suspects déjà repérés

Le scandale des visas humanitaire enfle, 600 dossiers suspects déjà repérés
Le scandale des visas humanitaire enfle, 600 dossiers suspects déjà repérés - © Tous droits réservés

L’enquête sur le trafic de visas humanitaires, au coeur duquel on retrouve un conseiller communal N-VA Melikan Kucam, se poursuit. Au niveau judiciaire, mais aussi au sein du cabinet de la nouvelle ministre de l'Asile et la Migration Maggie De Block (Open-VLD).  A l'entrée du conseil des ministres ce matin, Maggie De Block a refait un point sur le dossier. Et le scandale pourrait être plus important. 

600 dossiers douteux

Au total les services de la ministre ont déjà repéré 600 dossiers douteux, introduits via des intermédiaires au cabinet Francken. On sait déjà que dans 200 de ces dossiers, le nom de Melikan Kucam apparaît. Mais les autres dossiers sont également considérés comme suspects puisqu'ils ont eux aussi été introduits pas des intermédiaires "individuels", donc pas des ONG ou des associations reconnues. Entre 6 ou 7 intermédiaires suspects sont pointés par les services de la ministre qui pour l'instant ne les nomme pas.

Des cas suspects également à Alost 

On sait par contre que, en plus de Melikan Kucam à Malines, un autre (ou d'autres) intermédiaire agissait depuis Alost. La ministre n'en dit pas plus, mais ce matin le quotidien flamand De Morgen évoquait le nom de Kostantin Al Chammas, le porte-parole de la communauté syrienne et chrétienne d'Alost, également membre de la N-VA.  Celui-ci se défend de tout trafic de visas, dit n'avoir jamais touché d'argent mais admet avoir été informé du cas Kucam: "L'été dernier, des familles syriennes de Suède et des Pays-Bas m'ont téléphoné pour me dire que l'on pouvait acheter des visas avec lui. Je l'ai confronté lors d'une réunion, mais il a tout nié."

L'enquête se poursuit au sein de l'Office des étrangers. De nouvelles révélations pourraient suivre.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK