Le Scan: nos ministères gèrent-ils bien leurs oeuvres d'art?

Vous ne le savez peut-être pas, mais certains de nos services publiques fédéraux (SPF) possèdent quelques centaines, voire plusieurs milliers d’œuvres d'art. Certaines sont bien mises en valeur, d'autres pas du tout. Le Scan a voulu savoir quel SPF possédait quoi, ce que valait ces éventuelles collections, et surtout comment elles étaient gérées.

Deux bons élèves, un bonnet d'âne

Les deux meilleurs élèves de la classe sont le SPF Chancellerie du Premier Ministre et le ministère des Affaires Étrangères.

Tous deux savent exactement ce qu'ils possèdent. Chacun nous a même présenté une liste précise de sa collection, à l'image de ce document fourni par la Chancellerie.

En ce qui concerne le SPF des Affaires Etrangères, la collection s'étend à 4500 œuvres d'art. Aucun autre ministère n'en possède autant. La raison? "Nous utilisons l'art comme étant un instrument pour représenter la Belgique, pour montrer ce qu'elle est à l'étranger" explique Matthieu Branders, le parole du Ministère des Affaires Etrangères.

Autrement dit, ces milliers d’œuvres sont exposées dans nos ambassades un peu partout sur la planète. Une espèce de vitrine qui évidemment a un coût : "Les œuvres que nous achetons valent en général moins de 20.000€. Par an, nous avons un budget de 200.000€ pour entretenir et renouveler notre collection." 

Mais les collections de nos SPF ne sont pas toujours aussi détaillées et justifiées...

Impossible de connaitre la valeur de certaines collections

Prenons par exemple le cas du S.P.F Economies. Son porte-parole nous a bien envoyé une liste complète de la collection, "le SPF Economie recense 269 œuvres d'art (de 258 artistes): 111 peintures, 15 sculptures, 9 dessins, 40 graphiques, 2 photos, 28 tapisseries, 24 objets d'art, 11 installations d'art, 29 divers".

Mais impossible d'en connaitre la valeur. "Non, nous n'avons pas fait expertiser les œuvres."

Outre l'Economie, les Finances, l'Intérieur et la Stratégie ne proposent pas de listes suffisamment complètes pour estimer la valeur de leur collection. Le SPF Finances entrepose même dans un sous-sol l'ensemble de ses œuvres, sans trop savoir laquelle est un original, laquelle est une copie.

Plus étonnant encore, le SPF Justice avoue ne pas savoir ce qu'il possède. Chacun de ses bâtiments est censé gérer sa propre collection, mais aucun document n'est disponible pour l'ensemble du service. "Une liste exhaustive des œuvres d'art présentes dans nos bâtiments n'est pas disponible.(...) La gestion de ces pièces est locale et peut en effet différer en fonction du contexte."

Une gestion inégale

En somme, difficile de connaître exactement ce que nos ministères possèdent. Il se pourrait même qu'un chef d'oeuvre prenne la poussière ici ou là.

Notons aussi que quatre SPF nous affirment ne pas ou plus posséder d’œuvres d'art: les SPF Santé, Mobilité, Emploi et Sécurité Sociale.

Enfin, le ministère de la Défense, lui, n'a jamais répondu à nos questions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK