Le roi Philippe va-t-il recevoir l'extrême droite?

Le Roi Philippe a entamé ce mardi sa deuxième journée de consultation. Une question se pose : recevra-t-il les représentants du Vlaams Belang ? Jusqu’à présent, le Palais Royal a respecté le cordon sanitaire qui entoure l’extrême droite sauf en 1936.

L'exception

En 1936 en effet, le Roi Leopold 3 rencontre Léon Degrelle. Les élections du 24 mai cette année-là marquent un moment crucial de l’histoire de la Belgique. Un nouveau parti, le parti rexiste obtient 21 députés. Les nationalistes flamands réalisent également un score impressionnant. Pour endiguer ce raz-de-marée antidémocratique, un gouvernement d’union nationale va se constituer.

Depuis, plus aucun entretien royal avec des représentants de l’extrême droite.

En 1991 notamment, le Roi Baudouin refuse de croiser le chemin des représentants du Vlaams Block.  On parle cette année-là de dimanche noir pour dénoncer la percée spectaculaire des extrémistes flamands.

En 2003, nouveau record pour le Vlaams Block qui rassemble 24 % des électeurs flamands mais cette fois encore pas d’invitation au Palais. Le Roi Albert 2 refuse de les consulter.

Et aujourd’hui…

Mai 2019, quelle sera la position du roi Philippe ? Très délicate selon Christian Behrendt, constitutionnaliste à l’Université de Liège. "Difficile de respecter la notion de neutralité du Roi... S'il ne reçoit pas le Vlaams Belang, cela veut dire qu'il ne tient pas compte des 800.000 électeurs du parti. S'il les reçoit, sa position sera également très délicate face à un parti séparatiste et raciste."

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK