Le Roi a entamé ses consultations ce jeudi: la prochaine mission au CD&V?

Le Roi recevra plusieurs présidents de parti ce jeudi
Le Roi recevra plusieurs présidents de parti ce jeudi - © BENOIT DOPPAGNE

Bart De Wever n'est plus informateur depuis ce mercredi. C'est donc à nouveau au Palais de redistribuer les cartes : le Roi a entamé un nouveau tour de consultations ce jeudi. Il a reçu successivement les présidents du PS, Elio Di Rupo et Paul Magnette, du CD&V Wouter Beke, du MR Charles Michel, de l'Open Vld Gwendolyn Rutten et du cdH Benoît Lutgen. Le président du sp.a, Bruno Tobback, empêché par une réunion de son groupe politique, se rendra au Palais vendredi. Objectif : démêler au plus vite une situation qui reste compliquée.

Le Roi a reçu jeudi matin en audience Elio Di Rupo, et Paul Magnette, président faisant fonction et et vice président du PS, leurs homologues du CD&V Wouter Beke, de l'Open Vld Gwendolyn Rutten et du MR, Charles Michel.

Le Roi a ensuite eu une entrevue avec le président du cdH, Benoît Lutgen, dans l'après-midi. Bruno Tobback, président du sp.a, sera, lui, reçu vendredi matin pour clore le tour des consultations. On ne sait si de nouvelles consultations royales seront encore organisées vendredi à l'issue de l'entretien avec le président du sp.a.

Une scène improbable a été observée par les journalistes sur place : des élèves flamands présents lors de la sortie d'Elio Di Rupo ont scandé le nom du Premier ministre PS en affaires courantes.

Même si l'ambiance des négociations ne doit pas être aussi détendue, personne ne parle ouvertement de crise politique, mais plus d'un mois après le scrutin, il faut bien reconnaître que l'on reste assez loin de la mise sur pied d'un gouvernement fédéral.

L'informateur en mission depuis quatre semaines et président de la N-VA, Bart De Wever, n'a pu que constater que les bases pour le gouvernement de centre-droit qu'il voulait mettre en place étaient inexistantes. Il a donc demandé à être déchargé de sa mission, tout en précisant que son parti restait disponible pour la formation du gouvernement fédéral.

Il n'y a donc plus de chargé de mission. Mais la volonté reste de ne pas perdre de temps.

Le CD&V, prochain parti à la barre?

Les consultations royales devraient se limiter aux six partis traditionnels, sachant que l'on connaît déjà la position de la N-VA. Personne n'a très envie à ce stade de passer à l'avant-plan. Mais il semblerait que l'on teste à nouveau la piste d'un gouvernement de centre-droit. On ne passera à d'autres types de coalition que si cela s'avère impossible.

Et dans cette perspective, on imagine bien qu'un CD&V, parti-pivot de tous les types de coalition, soit chargé d'une nouvelle mission. Avec son président, Wouter Beke, aux commandes ? Tout cela reste incertain.

Mais à nouveau, le palais ne veut pas perdre de temps et un nouveau chargé de mission en "-teur" pourrait être connu en fin de journée vendredi. Sinon cela signifierait bien que le blocage est profond.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK