Le retour des mines en Wallonie? "Il faut d'urgence un cadastre des sous-sols wallons"

mines wallonnes
mines wallonnes - © Tous droits réservés

L'Union européenne encourage les états membres à mieux exploiter leur sous-sol. Principal objectif : trouver chez nous ce que l'on achète pour l'instant ailleurs, et être moins dépendant des matières premières extraites à l'étranger, en Chine principalement.

"On parle beaucoup de dépendance énergétique, mais on entend beaucoup moins parler de notre dépendance aux matières premières et principalement aux métaux", explique Eric Pirard, professeur de géologie des ressources minérales à l'ULg. "En bon père de famille, je me dis qu'il faudrait d'abord voir ce qu'il nous reste dans les armoires et dans le frigo pour être autonome autant que possible. C'est une réflexion qui n'est pas propre à la Wallonie mais qui se mène au niveau européen."

Le professeur fait ce constat : en Belgique, on ne sait pas ce qui compose notre sous-sol, et on n'a d'ailleurs jamais utilisé les dernières technologies disponibles pour le savoir.

Et la Région Wallonne, qu'en pense-t-elle?

Eric Pirard le souligne, il est temps d'agir. "On a perdu le réflexe de répondre à des sociétés d'exploitation qui demandent des permis d'exploration. Le code minier wallon est dépassé, il y a un gros effort législatif à faire.

Ce qui veut donc dire que des demandes d'exploration de la part d'acteurs privés, il y en a? "Bien sûr qu'il y a des demandes, on est le haut-lieu historique de la métallurgie du zinc! Tout géologue sait bien que ces mines n'ont jamais été explorées correctement. il ne faut pas être un grand devin pour savoir qu'il reste encore du potentiel."

Le professeur appelle à une législation moderne, adaptée aussi au respect de l'environnement, et cela afin d'être bien informé et de prendre des décisions pertinentes. 

Éric Pirard, et Jordan Atanasov, Secrétaire général CSC-Métal

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK