Le retour compliqué de Jacqueline Galant au Parlement wallon

Depuis sa démission le 15 avril, Jacqueline Galant semble bien seule voire même non grata au Parlement wallon
Depuis sa démission le 15 avril, Jacqueline Galant semble bien seule voire même non grata au Parlement wallon - © DIRK WAEM - BELGA

Le retour de Jacqueline Galant au Parlement wallon n’est pas la ballade qu’elle imaginait peut-être en sortant de charge ministérielle.

Les collègues libéraux de celle qui est redevenue députée de l’assemblée régionale ne semblent pas accueillir son retour de gaieté de cœur.

Une présidence de commission

Il paraissait entendu pour Jacqueline Galant qu’elle ne reviendrait pas au Parlement wallon sans "biscuit". Comme elle faisait le chemin inverse de François Bellot, il lui semblait acquis qu’elle endosserait l’ensemble des compétences de ce dernier en ce compris une présidence de commission avec ses charges et ses avantages.

La chose était plus ou moins officielle jusqu’à la semaine dernière. Mais il en va aujourd’hui tout autrement.

Tensions au sein du MR

Les éminences du Parlement wallon qui se réunissaient ce jeudi pour fixer l’agenda de la semaine prochaine ont dû constater qu’une commission présidée par un député MR restait sans président: celle précisément dont Jacqueline Galant pourrait prendre la tête.

Les élus libéraux eux-mêmes ont en fait souhaité reporter cette décision, témoignant ainsi de la division qui règne en leur sein sur l’attitude à adopter face aux prétentions de l’ex-ministre.

Pas que de bons souvenirs

On imagine qu’eux non plus n’ont pas oublié qu’elle avait publiquement méprisé les travaux de l’assemblée wallonne. D’autres s’interrogent sans doute sur sa crédibilité : Jacqueline Galant devrait en effet présider la commission où le ministre qui siège est responsable des aéroports. Après avoir exercé cette même compétence au fédéral, on la voit mal relayer les critiques de l’opposition sans être de facto mise en difficulté.

Répit

Dans les rangs MR, on cogite donc sur la meilleure façon de se sortir d’embarras. Jacqueline Galant ayant annoncé lundi dernier qu’elle serait souffrante pendant une quinzaine de jours, et donc loin de l’assemblée wallonne, elle donne à ses collègues libéraux wallons un délai supplémentaire pour trancher. A moins que la décision ne leur échappe et soit imposée de Wavre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK