Le référendum: un outil qui signerait la fin de la Belgique ?

RTBF
RTBF - © RTBF

Invitée de Matin Première ce jeudi, la présidente du cdH et ministre de l'Emploi, estime qu'un référendum est la toute dernière chose à mettre en place. "Le jour où on va au référendum, dit Joëlle Milquet, on est dans l'hypothèse d'une quasi fin du pays".

Interrogée sur la nécessité d'organiser un éventuel référendum en cette période de crise gouvernementale, la présidente du cdH préconise de "garder son sang froid et son volontarisme" mais aussi d'"épuiser tout ce que l'on peut comme méthode" avant d'en arriver là.

Selon elle, "on connaît déjà le résultat" et il ne sera pas le même au nord et au sud du pays. Autrement dit, il ne faut pas donner un "outil" qui signerait la fin de la Belgique.

La mobilisation des citoyens, "une bonne chose"

Joëlle Milquet "se réjouit" de la manifestation annoncée pour dimanche. Elle attendait ça "depuis longtemps". Elle espère que cela va débloquer la situation. "Que cela bouge en Flandre est une bonne chose".

Aujourd'hui, dit-elle, "tout est sur la table" pour aboutir à un accord, tout ce qu'il manque c'est "de la bonne volonté".

L'accord interprofessionnel, un accord équilibré

En tant que ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet était également invitée à commenter l'accord interprofessionnel. Un accord qu'elle estime "équilibré". "Dans la mesure où c'est un accord ans dans un domaine très délicat, dont on parle depuis des dizaines d'années (notamment concernant une harmonisation entre employés et ouvriers), que cela peut se faire entre employeurs et travailleurs, c'est un accord équilibré".

Dans tous les cas, le gouvernement en affaires courantes soutiendra cet accord dont il pourra assumer les coûts (un peu plus de 100 millions d'euros pour 2011), assure Joëlle Milquet.

Reste à savoir si cet accord va être approuvé par les différentes instances patronales et syndicales. Certains comme le SETCa parle d'accord "imbuvable". Mais pour la ministre, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Ce n'est qu'une centrale qui s'est prononcée, ce "n'est pas le reflet de la totalité".

 

C. Biourge

 

Pour écouter l'entièreté de cette interview, cliquez ci-dessous

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK