"Le rapport qualité/prix joue en faveur de la monarchie belge"

“Le rapport qualité/prix joue en faveur de la monarchie belge”
“Le rapport qualité/prix joue en faveur de la monarchie belge” - © THIERRY ROGE - BELGA

Chaque année, la question revient sur le tapis : notre Monarchie coûte-t-elle trop cher ? Le Budget de la monarchie se retrouve dans les articles budgétaires " pour des questions évidentes de transparence " selon la présidente du Sénat Christine Defraigne (MR). Mais à combien s’élève ce " budget " et à quoi correspond-il ? Faut-il revoir les dotations de la famille royale à la baisse ? Le constitutionnaliste Christian Behrendt, le journaliste Christian Laporte et la présidente du Sénat Christine Defraigne en ont débattu sur La Première.

Qui reçoit quoi ?

36 406 000 €. Soit 36 millions. C’est le budget total de la monarchie belge pour 2018, il comprend les dotations mais également les services d’appui ou frais payés par différents ministères.

Un montant justifié selon Christine Defraigne à la vue de l’importance de leurs fonctions de stabilité, de représentation, mais également d’ouverture de portes diplomatiques et économiques. Un avantage considérable sur d’autres nations selon elle.

Les Américains peuvent tout se payer, sauf un Roi et une Reine 

Mais les règles sont strictes pour déterminer à qui est alloué ce montant. Sous le gouvernement Di Rupo, une grande réforme des dotations a eu lieu et le législateur a resserré les cordons de la bourse pour la famille et la fonction royales. La Loi de novembre 2013 possède ainsi deux grands volets, explique Christian Behrendt : " Le premier est celui du montant alloué au chef de l’État, donc au Roi, qu’on appelle la Liste civile. Ce montant est obligatoire. Il est déterminé en début de règne par le Parlement et il est ensuite simplement indexé ".  Cette Liste civile, s’élève aujourd’hui à +/- 12 millions d’euros. Mais le Roi n’est pas le seul à bénéficier d’une dotation.

 

Le deuxième volet de la loi concerne les libéralités : les montants alloués aux autres membres de la famille royale. " L’article 2 de cette loi prévoit que seules auront droit à des dotations les personnes suivantes : l’héritier présomptif de la couronne à partir de 18 ans ; le Roi/Reine ayant abdiqué, c’est le cas d’Albert II ; le conjoint survivant dans le cas où le Roi ou la Reine serait décédé ; et le conjoint survivant de l’héritier présomptif " explique Christian Behrendt.

 

Cependant, deux membres de la famille royale bénéficient aujourd’hui d’un régime " transitoire " qui leur permet de recevoir des dotations : le Prince Laurent, la Princesse Astrid. " La réforme de 2013 n’a supprimé ces dotations car on ne peut pas vous dire quand vous êtes jeunes que vous aurez une dotation, on vous impose de ne pas exercer un métier, et puis à cinquante ans vous dire que c’est terminé " insiste le constitutionnaliste.

" Notre monarchie n’est pas le Neymar de la monarchie européenne "

Qu’en est-il chez nos voisins ? Et bien les montants des dotations varient sensiblement : de 42,7 millions pour la Norvège, 40 millions pour les Pays-Bas, 38 millions pour le Royaume-Uni à 8 millions d'euros pour Felipe d’Espagne et sa famille.  Avec le montant des dotations belges avoisinant les 13 millions d'euros, la Belgique n’est ni le pays qui alloue le plus gros montant à sa couronne ni le Picsou de la bande.

 

" Tout travail mérite salaire, estime Christine Defraigne, et la famille royale ne fait pas exception ". Chiffres à l’appui, la présidente du Sénat détaille le labeur des souverains : 134 activités officielles et 135 audiences pour le Roi Philippe ; 159 missions pour la Reine Mathilde et 176 pour les autres membres de la famille royale entre janvier et septembre 2017. Des activités qui ne se cantonnent pas à une fonction protocolaire :

" Ils boulottent ! Et dans une Belgique morcelée, la famille royale à sa raison d’être !"  s’exclame-t-elle.

Dans l’émission Débats Première " la monarchie coût-t-elle trop cher ? " d’autres aspects de cette question ont été abordés, notamment l’utilisation de la baisse de la dotation comme sanction et la comparaison avec les budgets des Républiques

Sondage A Votre Avis - Ekho

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK