Le PTB sur le CETA: "Le cdH retourne une nouvelle fois sa veste"

CETA: "le cdH retourne une nouvelle fois sa veste" dit Raoul Hedebouw
CETA: "le cdH retourne une nouvelle fois sa veste" dit Raoul Hedebouw - © Tous droits réservés

Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB, était l’invité de la Première mercredi matin. Les humanistes cdH se préparent à voter, au parlement wallon à Namur, une résolution sur les accords de libre-échange de l’Union européenne. Pour le PTB, c'est clairement une capitulation des Wallons.

Le cdH retourne une nouvelle fois sa veste"

"C’est clair, le cdH retourne une nouvelle fois sa veste." Une situation regrettable selon lui car "il y avait un Momentum en 2016."

"On avait dit, avec le PTB, qu’il fallait rejeter le CETA comme il était car cette mondialisation capitaliste allait mettre en concurrence les marchés belges, canadiens et américains. C’est quelque chose de négatif en tant que tel. Et donc aujourd’hui on paye un peu le fait de ne pas avoir été assez loin il y a un an et demi.

La Wallonie, une île commerciale dans un océan?

Il précise que ce type d'échanges ne bénéficiera qu'aux multinationales et que "c’est toujours la loi des plus grands qui gagne".

"Tous ces accords mènent à la fermeture de nos entreprises. C'est parce qu’il y a cette mondialisation du capitalisme que Caterpillar à fermer et que nos petites exploitations en Wallonie ferment. Je pense que ces accords ne peuvent rien apporter au peuple du monde."

Il ajoute : "C’est vraiment la capitulation en rase campagne où on va tout simplement vendre nos juridictions au niveau international et aux multinationales."

"Le droit national doit primer"

Il insiste ensuite sur le fait que le droit national doit primer et qu'il permet de défendre les intérêts des travailleurs.

"C’est la raison pour laquelle il faut rejeter ce CETA, mais surtout les accords qui vont venir. La Région wallonne va signer des accords de l’UE avec le Mercosur : on va être en concurrence totale avec l’ensemble des viandes bovines d’Argentine. Donc, le monde agricole belge et français a raison d’être inquiet et je crois qu’on doit recommencer ce combat contre la mondialisation et le capitalisme."

"Ce que le cdH veut cacher c’est qu’il n’a aucun principe. Je n’ai jamais vu un parti en Belgique retourner sa veste à ce point. Il y a un an, ils étaient à fond contre le CETA et maintenant ils sont à fond pour. Il n’y a aucune logique politique là-dedans."

Raoul Hedebouw insiste: "Il est encore possible de rejeter l'accord de libre-échange. Le PTB veut proposer une majorité alternative. Il faut reconquérir notre droit souverain, défendre nos services publics et nos producteurs."

Resa dans le giron public

Sur la question de la fusion entre Ores et Resa, les gestionnaires de réseaux d’électricité et de gaz, il pense "qu’on est en train d’enfumer complètement tout le débat. La question c’est : qu’allons-nous faire exactement avec ces GRD (gestionnaires de réseaux), qui doivent retourner dans le giron public ?"

"Ce que le PTB propose, c’est que RESA retourne intégralement dans le giron public, sous la forme d’une intercommunale. C’est à ça que servent ces GRD, simplement distribuer de l’énergie au profit des habitants, des travailleurs et des communes qui en sont actionnaires."

La réforme des pensions

Le porte-parole du PTB était présent mardi lors des manifestations contre la réforme de pensions du ministre Daniel Bacquelaine. Ce dernier, qui accuse le PTB d'instrumentaliser cette grève. 

"Il est vraiment incroyable! Il est en train d'organiser une régression sociale inédite au 21e siècle. Ce qu'il ne dit pas, c'est qu'il y a quelques années, quand il a voté la pension à 67 ans, il avait dit qu'il y aurait beaucoup d'exceptions. Le monde du travail attend ces exceptions, qui vont en fait être très restreintes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK