Le PTB au pouvoir à Zelzate: le CD&V rejoint l'Open Vld et la N-VA dans leur condamnation

Wouter Beke
Wouter Beke - © JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

L'arrivée du PTB au pouvoir dans la commune de Zelzate (Flandre orientale), en coalition avec le sp.a, a été condamnée dimanche par le CD&V, après l'Open Vld et la N-VA.

"C'est incroyable que le sp.a réalise ce que même le PS a refusé d'engager", a commenté le président du CD&V Wouter Beke sur twitter.

Au sud du pays, le PTB a connu une forte percée dans plusieurs grandes villes dirigées par le PS, mais les pourparlers entamés entre socialistes et marxistes n'ont débouché sur aucun pacte de majorité.

La montée du PTB (PVDA) au collège communal de Zelzate constitue une première en Belgique même si, sous la précédente mandature, le PTB a participé au pouvoir dans un district anversois, à Borgerhout.

La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten a dénoncé cette coalition sp.a-PTB en affirmant que l'extrême gauche et l'extrême droite étaient les deux reflets d'une même réalité, "symboles de restriction des libertés et d'oppression".

Le président de la N-VA Bart De Wever a pour sa part affirmé que l'extrême gauche était même "bien pire" que l'extrême droite. Il a ajouté que le cordon sanitaire vis-à-vis de cette dernière n'existait pas pour la N-VA, même si son parti ne "gouverne jamais avec des gens qui ne sont pas démocrates".

Les propos de Wouter Beke sont moins virulents, même s'il réaffirme qu'une collaboration du CD&V avec le PTB "n'est pas une option" envisageable, tant le programme des chrétiens-démocrates est "irréconciliable avec les extrêmes".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK