Le programme Beliris 2020-2022 prévoit 845 millions d'euros d'investissements

Les autorités fédérales et régionales bruxelloises ont validé mercredi le programme contenu dans le nouvel avenant 2020-2022 de l'accord de coopération Beliris portant sur les projets de développement jugés indispensables au renforcement de Bruxelles en tant que capitale.

Tout compris l'enveloppe disponible s'élève à 845 millions d'euros. 

Sans compter les interventions sur l'espace public qui la concernent également dans de nombreux cas Beliris consacrera 40% du budget à la mobilité. L'extension du réseau de métro vers le Nord en reste le projet phare, avec un budget annuel de 50 millions dans le cadre d'un engagement décennal de l'État fédéral envers la Région bruxelloise. Beliris gère également l'étude d'opportunité et de faisabilité de l'extension sud vers Uccle et Forest.

Selon la ministre fédérale en charge de Beliris, Karine Lalieux (PS) et le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, le nouvel avenant aidera aussi la Région à développer son réseau cyclable pour les déplacements de moyenne et longue distance le long des grands axes routiers, lignes ferroviaires, canal et autoroute. Il prévoit cinq nouvelles études pour un budget d'un peu plus de 13 millions d'euros concernant les lignes 124 (Bruxelles - Nivelles), 50/60 (Bruxelles - Alost/Termonde), 26 (Rocade est / Hal-Vilvorde), 161 (Bruxelles - Namur) et 50A (Bruxelles - Gand).

Trois axes urbains importants seront redessinées pour favoriser les modes actifs: le boulevard Lambermont qui sera notamment équipé d'une piste cyclable à double sens et d'une zone résidentielle; l'avenue de la Toison d'Or; et le boulevard Émile Bockstael réaménagée avec des trottoirs plus adaptés, des pistes cyclables, une meilleure intégration des transports publics et plus de verdure et de sécurité. 

L'étude de l'aménagement d'une nouvelle passerelle de franchissement du canal à hauteur des Abattoirs sera menée.

Le développement de la ville sera également rehaussé par des projets de logements sociaux pour un montant de 68 millions d'euros. 

Autour du bassin de Biestebroeck, les espaces publics et verts seront réaménagés pour servir d'épine dorsale à la transformation de cette zone industrielle en quartier urbain mixte. Un budget de près de 10 millions d'euros est consacré à ce projet. Le programme investira également dans la zone prioritaire Josaphat ainsi que dans le réaménagement autour de la Gare de l'Ouest. 

Le nouveau programme consacre aussi 160 millions d'euros à l'investissement dans la création et la rénovation d'infrastructures sportives et culturelles ainsi que la restauration de patrimoine, des éléments jugés essentiels pour renforcer l'attractivité de la capitale pour les touristes, selon Karine Lalieux. 

Quinze millions d'euros permettront de débloquer le projet de restauration du Conservatoire de Bruxelles, fondé sur la collaboration entre les différents niveaux de pouvoir (Fédéral, Fédération Wallonie-Bruxelles et Flandre).

Beliris sera le maitre d'ouvrage de la restauration annoncée des Serres de Laeken (13,6 millions d'euros), un des lieux les plus prisés des touristes. Il y aura un soutien renouvelé au Théâtre Royal de la Monnaie pour la  rénovation de ses façades et de son Grand Foyer rénové. La transformation de l'abbaye de Forest en centre culturel se poursuivra également (16 millions d'euros).

Dans le domaine du sport, outre la construction de deux salles de sport polyvalente à Evere et à Koekelberg. Encouragé par les résultats des équipes nationales masculines et féminines, le programme prévoit une contribution de 7,5 millions d'euros à la construction d'un stade de hockey à Uccle. 

La ministre Lalieux a enfin souligné que pour la première fois depuis plusieurs années, le montant de l'accord de coopération serait soumis à l'index.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK