Le prix unique du livre va-t-il sauver les libraires ?

Le prix unique du livre va-t-il sauver les libraires ?
Le prix unique du livre va-t-il sauver les libraires ? - © FRED TANNEAU / AFP

Le prix unique du livre, c’est pour bientôt. A partir du 1er janvier 2018, tout éditeur ou importateur sera tenu de fixer un "prix public". Le prix des livres vendus en Communauté française ne pourra être supérieur au prix de vente pratiqué dans le pays où il est édité. La mesure sera progressive. En 2018, les livres pourront encore être au maximum 8% plus cher, puis 4% en 2019, avant l'égalité en 2020.

La concurrence numéro un des libraires, c’est désormais Amazon

En clair, les commerçants ne pourront plus pratiquer des ristournes qu’à hauteur de 5% maximum. Les écoles et les bibliothèques pourront encore bénéficier de réductions de 15%.

C’est l’un des projets phares de la ministre de la Culture, Alda Gréoli. L’objectif est d’aider les libraires indépendants face aux grandes surfaces. Mais la concurrence numéro un des libraires, c’est désormais Amazon.

Le prix unique pourra-t-il préserver la pluralité des canaux de diffusion face à l’hégémonie d'Amazon? Les libraires peuvent-ils considérer qu’ils ont gagné la partie? Les éditeurs et les auteurs vont-ils aussi bénéficier du prix unique?

Bertrand HENNE accueille autour de la table Marc FILIPSON, patron de la librairie Filigranes, Frédéric YOUNG, délégué général de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias) pour la Belgique et Régis DELCOURT, président du syndicat des libraires francophones de Belgique et co-gérant de la librairie Point-Virgule.

Un débat plutôt animé à (re)voir ci-dessous:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK