Coronavirus: selon Alexander De Croo, il faut attendre l'effet des mesures prises la semaine dernière

Le Premier ministre à la Chambre : adapter les protocoles sanitaires et attendre l’effet des mesures prises la semaine dernière
2 images
Le Premier ministre à la Chambre : adapter les protocoles sanitaires et attendre l’effet des mesures prises la semaine dernière - © THIERRY ROGE - BELGA

Le comité de concertation prévu en cette fin de semaine aura pour tâche principale de s’accorder sur l’adaptation des protocoles sanitaires en vigueur dans plusieurs secteurs à l’évolution de l’épidémie, a indiqué jeudi le Premier ministre, Alexander De Croo, devant la Chambre.

Les chiffres de contamination progressent de manière exponentielle et la tension devient de plus en plus forte dans les hôpitaux. Vendredi passé, le comité de concertation a décidé de réduire la bulle sociale, de fermer le secteur de l’Horeca et d’instaurer un couvre-feu. Il a également donné une semaine aux secteurs dont l’activité est réglée par un protocole sanitaire, comme le sport et la culture, pour adapter celui-ci en coordination avec le commissaire du gouvernement à la lutte contre le coronavirus.

Attendre l’effet des premières mesures

Alors qu’actuellement, l’idée d’un nouveau confinement circule dans les conversations en Belgique, à la suite de rumeurs ou parfois, parce que certains experts estiment que cela pourrait devenir une solution inévitable, le Premier ministre n’a pas cité ce scénario dans ses réponses aux questions des députés.

Selon lui, il faut attendre l’effet des premières mesures prises la semaine dernière. "Je pense que nous devons montrer de la constance et ne pas changer sans arrêt de stratégie […] Soyons confiants dans le fait que les mesures que nous avons prises sont les bonnes", a-t-il dit, estimant qu’il fallait attendre au moins 10 jours avant d’en voir les premiers effets. 


►►► A lire aussi: Un nouveau confinement en Belgique pour lutter contre le coronavirus ? Les arguments pour et contre


Le chef du gouvernement n’a pas caché la gravité de la situation dans l’ensemble du pays, et plus particulièrement à Bruxelles et en Wallonie. Toutes les provinces sont en phase d’alerte à l’exception du Limbourg qui devrait toutefois les rejoindre dans les prochains jours. "Arrêtons de dire qu’il s’agit d’un problème qui vaut dans une partie du pays et pas dans une autre", a souligné M. De Croo.

Un nouveau comité de concertation pour affiner les décisions du précédent

Comme expliqué, les ministres ont été invités à adapter les protocoles des secteurs pour lesquels ils sont compétents afin de tenir compte de la situation actuelle. "Le sport, la culture devront adapter leurs mesures pour intégrer les décisions prises vendredi", a rappelé le Premier ministre. Il a aussi rappelé la gravité de la situation. "Ceux qui doutaient du caractère et du bien-fondé des mesures prises vendredi doivent voir dans les chiffres qu’elles étaient légitimes", a estimé Alexander De Croo. "Nous sommes dans une phase exponentielle", a martelé le Premier ministre.

La fermeture des cafés et restaurants était justifiée

Le Premier ministre est aussi revenu sur cette décision prise de fermer les établissements du secteur Horeca. "Je peux comprendre que cela suscite un torrent de réactions", a-t-il dit. Mais, a-t-il poursuivi, "ce n’est pas parce que nous demandons à certains secteurs de suspendre leurs activités qu’ils sont responsables de l’augmentation du nombre de cas de contamination et de l’augmentation du nombre d’hospitalisation".

La mesure, a expliqué le Premier ministre était nécessaire pour "éviter les contacts non essentiels", estimant que ce type de contacts sont fréquents dans les cafés et restaurants. La Belgique n’est pas le seul pays à prendre des mesures de fermeture de l’horeca, a précisé Alexander De Croo.

Il a rappelé que toutes ces mesures prises visaient à rencontrer quatre objectifs : assurer la continuité des soins de santé, veiller à ce que les écoles restent ouvertes, préserver la santé mentale et permettre à l’économie de tourner.

Nouvelle stratégie de testing

Le Premier ministre est aussi revenu sur la polémique actuelle au sujet des tests de dépistage Covid. "Nous ne testons pas moins, mais nous le faisons d’une autre manière", a-t-il dit. "Quand vous avec autant de cas positifs, les priorités changent", a-t-il déclaré. 

En phase 4, le nombre de personnes positives a tellement augmenté qu’il faut tester autrement et tester prioritairement les personnes qui présentent des symptômes.

Alexandre De Croo a expliqué que, depuis quelques semaines, la Belgique réalise 60.000 tests par jour. Selon lui, avec ces chiffres, la Belgique figure dans le peloton de tête européen. L’objectif est d’arriver à 90.000 ou 100.000 tests par jour mais le marché des réactifs et des matériaux nécessaires est "sous pression" a expliqué le Premier ministre.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK