Le photovoltaïque wallon en grande forme

C'est désormais surtout l'industrie qui investit dans les plus grandes surfaces photovoltaïques
C'est désormais surtout l'industrie qui investit dans les plus grandes surfaces photovoltaïques - © Tous droits réservés

Il y a 10 ans, la Wallonie a commencé à subsidier le secteur photovoltaïque. Aujourd’hui, la politique change. Et il n’est désormais pratiquement plus question d’aide. On pourrait croire qu’un coup d’arrêt soit mis au développement du secteur. Mais pas du tout! Il affiche une vitalité nouvelle.
En 10 ans, il a pourtant essuyé quelques tempêtes au gré des changements de législation. Beaucoup de sociétés s’étaient lancées dans l’aventure. Mais seuls les installateurs plus solides ont résisté. Ils s'adressent toujours à la clientèle des particuliers mais c’est aujourd’hui surtout l’industrie qui est le moteur du secteur.


Un nouveau frein au secteur?
Technologie mature, secteur assaini, on pourrait croire que tout sourit désormais au secteur photovoltaïque. Sauf que les producteurs d’électricité verte vont bientôt devoir payer pour leur utilisation du réseau. Mais ça ne freinera plus les investissements, selon Stéphane Renier. Pour le président de la CWAPE, le régulateur wallon du marché de l’énergie, le "prosumer", autrement dit le consommateur-producteur, peut être certain que son investissement restera malgré tout très rentable.
Le solaire photovoltaïque belge produit aujourd’hui au moins autant que le réacteur nucléaire de Tihange 1. Une production surtout localisée en Flandre. Ce qui ouvre des marges de progression importantes sur les marchés wallons et bruxellois.