Le philosophe Luc de Brabandere: "Aujourd'hui, les hommes politiques sont comme des traders qui font des coups"

Philosophe d’entreprise, professeur à l’Ecole centrale de Paris et à l’Université catholique de Louvain, Luc de Brabandere est ce samedi 2 décembre l’invité du Grand Oral RTBF-Le Soir sur La Première. Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à la stratégie d’entreprise et aussi à la créativité. Il vient de publier "Homo informatix", paru aux éditions Le Pommier.

Après une semaine sociale marquée par des grèves, Luc de Brabandere commente : "Je comprends le ras-le-bol parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Syndicats, patrons et entreprises sont dans un rapport de force où il n’y a plus beaucoup de choses qui bougent. Ils me font penser à des sumos".

Des catégories

"Il faut réinventer un système en commençant par se mettre à trois", poursuit le philosophe. "Il faut inventer de nouvelles catégories. L’homme de crédit, c’est un homme qui pense à vingt ans, trente ans, qui a un projet. Le trader, il n’a pas de projet. Et on peut extrapoler: les hommes politiques de ma jeunesse étaient des hommes avec une vision à long terme. Aujourd’hui ce sont des traders: ils font des coups. Ils n’ont pas de projets. Un monde où les traders sont des hommes politiques ne peut apporter aucune solution".

Des modèles

Pour le philosophe, il faut inventer de nouveaux modèles, des nouvelles hypothèses de travail. Il explique : "Il faut de nouveaux instruments de mesure. Prenons le PNB, qui augmente avec les embouteillages ! On sent bien qu’il n’est plus le bon instrument de mesure. Exactement comme le temps n’est plus la meilleure mesure pour mesurer le travail. Réduire le temps de travail, ça suppose que le temps mesure le travail. Aujourd’hui, c’est de moins en moins le cas. Si on légifère par le temps, on risque d’avoir des dysfonctionnements".

Des projets

"Aujourd’hui, patronat, entreprises et syndicats sont des structures. Or, ce sont les projets qui motivent les gens. C’est la même chose pour l’Europe. Quelle est son projet ? Au Schuman, on ne vous répond même plus", dit-il.

 

L’interview de Luc de Brabandere a été réalisée par Benoit July, chef du service économique du journal Le Soir, Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l’information à la RTBF, et Jacques Crémers, chef de la rédaction de La Première/RTBF.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK