Le paysage politique a bien changé dans les communes wallonnes

A Mons, Nicolas Martin a remplacé Elio Di Rupo comme bourgmestre, et ECOLO a remplacé le CDH comme partenaire de majorité.
A Mons, Nicolas Martin a remplacé Elio Di Rupo comme bourgmestre, et ECOLO a remplacé le CDH comme partenaire de majorité. - © Tous droits réservés

C'est le principal constat que l'on peut tirer des élections communales du 14 octobre. Les changements de coalition sont très nombreux. Le PTB ne sera dans aucune majorité. Tout le contraire d'Ecolo. C'est principalement le cas dans le Hainaut.

A Tournai, Mons et depuis hier à La Louvière, le PS s'est associé uniquement à Ecolo. Dans ces 3 grandes villes, en 2012, le partenaire du PS, était alors le MR.

A Charleroi, changement de coalition aussi. Paul Magnette a renvoyé le MR dans l'opposition pour s'associer aussi à Ecolo et à la liste C+, de tendance CDH. A Ath également, le futur bourgmestre socialiste, Bruno Lefebvre a choisi Ecolo mais il a gardé le partenaire MR.

A Soignies, aussi, le PS a ouvert sa coalition à Ecolo, tout en maintenant le MR dans la majorité. Quelques particularités aussi dans 2 communes de la région de Charleroi. A Fleurus, le PS dirigera encore la ville en s'associant aux deux élus de Défi. Et, à Fontaine-l'Evêque, résultat d'un scrutin particulier, le PS, le MR, le CDH et Ecolo seront ensemble au pouvoir. Dans l'opposition, on retrouvera les 2 derniers bourgmestres de la ville.

En province de Liège, Ecolo a moins la cote

A Liège, la nouvelle majorité sera en effet PS-MR, c'était PS-CDH. Même chose à Verviers. Le CDH a aussi été renvoyé dans l'opposition. A Herstal, en revanche, pas de changement. Le PS, qui avait fait une liste commune avec le CDH, ne prendra pas d'autre partenaire.

C'est pourtant dans cette commune que les discussions entre le PS et le PTB ont été le plus loin. A Seraing, aux dernières nouvelles, le PS qui a une courte majorité absolue, restera seul au pouvoir. Les discussions avec le PTB et ensuite avec Ecolo, n'ont pas abouti. Et, à Huy, le bourgmestre socialiste Christophe Collignon, a reconduit sa majorité avec le CDH et le MR.

Du changement aussi à Nivelles, Arlon et Gembloux...

A Nivelles, le MR, premier parti, dirigera à l'avenir la ville avec uniquement Ecolo. Le CDH qui était dans la majorité, sera dans l'opposition. A Arlon, le CDH a aussi changé de partenaire. Il a pris le MR. Le PS sera dans l'opposition.

Et à Gembloux, Benoît Dispa, bourgmestre CDH, ne gardera plus comme seul partenaire qu'Ecolo. Le MR ne sera plus dans la majorité.

Stabilité dans quelques grandes communes

Et la plus connue est bien sûr Namur. Maxime Prévot a remis sur les rails sa tripartite CDH-Ecolo-MR.

On peut également citer Mouscron, la coalition CDH-MR est maintenue. Idem à Binche mais dans la cité des Gilles, c'est une coalition PS-MR. Et à Marche-en-Famenne, André Bouchat, bourgmestre CDH, a gardé son partenaire socialiste.

Beaucoup de changements de coalitions...mais peu de changements de bourgmestres

Et c'est un peu le paradoxe du scrutin du 14 octobre. Dans les grandes villes wallonnes, il y a peu de nouveaux bourgmestres. A Mons, bien sûr, ce ne sera plus Elio Di Rupo mais Nicolas Martin.

A Tournai, et c'était un peu la surprise du 14 octobre, Paul-Olivier Delannois a battu en voix de préférence Rudy Demotte. A Ath, Bruno Lefebvre sera aussi le nouveau bourgmestre.

Sous la précédente législature, il avait été bourgmestre de la commune voisine de Chièvres. Et à Seraing, Francis Bekaert remplacera Alain Mathot qui n'était plus candidat. Dans les autres grandes villes, pas de changement...

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK