Le patron de l'armée regrette la polémique communautaire

RTBF
RTBF - © RTBF

Le chef de la Défense (CHOD), le général Charles-Henri Delcour, a indiqué dimanche regretter que le commandant de la base de Florennes, le colonel Luc Gennart, "soit sorti de son devoir de réserve en s'exprimant sur des questions communautaires à un moment inopportun".

Plus tôt dans la journée, c'était le cabinet du ministre Pieter De Crem qui avait réagi aux accusations du colonel Gennart et du député Denis Ducarme concernant des discriminations à l'encontre des francophones dans les attributions des postes de haut gradés et la volonté de fermer la base de Florennes.

 

Le cabinet du ministre de la Défense concède que les postes les plus importants sont le plus souvent attribués à des néerlandophones. "Cela concerne les postes de généraux et d'amiraux", explique le porte-parole de Pieter De Crem, Kurt Verwilligen.

Cependant, selon ce dernier, il ne s'agirait en rien d'une volonté délibérée de flamandisation. "Les procédures de nomination pour ces fonctions sont réglées par la loi depuis 1959. La connaissance parfaite des deux langues nationales y est exigée", or, constate-t-il, "il y a un manque criant de candidats francophones qui satisfont à cette exigence".

Kurt Verwilligen nie, en outre, qu'il existe un quelconque projet de fermeture de la base de Florennes ou de transfert vers la Flandre des F-16 que celle-ci abrite. "Nous sommes dans un gouvernement d'affaires courantes", rappelle-t-il, expliquant que dans ce contexte le ministère s'en tient au "plan De Crem", voté au Parlement, et dans lequel il n'est aucunement question de fermer Florennes.

Le patron de la Défense regrette

Le général Delcour "regrette aussi que le colonel se soit exprimé sur des questions délicates ne ressortissant pas de sa compétence sans disposer de tous les éléments du problème", a indiqué ce porte-parole militaire, le commandant Olivier Séverin, à l'agence BELGA.

Selon le chef de la Défense, la prépondérance des officiers néerlandophones au sein de l'armée est un fait, mais "n'est pas totale", comme l'atteste la présence de généraux francophones à des postes importants de la hiérarchie militaire.

"La cause est à rechercher dans la moindre réussite des officiers francophones aux examens linguistiques", a ajouté le "patron" de l'armée, assurant que des mesures avaient été prises pour inverser la tendance.

Le général Delcour a enfin démenti l'existence de "tout nouveau plan d'économies prévoyant la fermeture de la base de Florennes".

 

Pour rappel, hier devant nos caméras, le colonel Luc Gennart - patron de la base militaire de Florennes -, avait dénoncer une flamandisation de l'armée et un agenda caché visant à fermer la base aérienne et à envoyer les F-16 qui s'y trouvent en Flandre.

Le colonel avait été suivi dans ses propos par le député Denis Ducarme (MR).

 

Julien Vlassenbroek avec la VRT et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK