Le Parlement wallon sous le yo-yo Destexhe?

Alain Destexhe a annoncé que ses nouvelles recrues ne bloqueront pas le décret APE. Notre allié naturel, c'est le MR, explique-t-il.
Alain Destexhe a annoncé que ses nouvelles recrues ne bloqueront pas le décret APE. Notre allié naturel, c'est le MR, explique-t-il. - © Carl Defoy - RTBF

La majorité MR-cdH au Parlement wallon est dans un nœud. Elle ne tenait qu’à un siège. Or, la libérale Patricia Potigny vient de faire défection pour rejoindre les listes Destexhe. Dans ces conditions, jusqu’au 26 mai, deux députés – Patricia Potigny et André-Pierre Puget – tiennent dans leurs seules mains le sort de la Wallonie puisque leur vote peut faire accepter ou basculer n’importe quel projet ou proposition de décret.

Or, précisément, ce mercredi, le projet de réforme des APE, cher au ministre Jeholet était à l’examen. On s’interrogeait sur l’issue des débats. Fallait-il mettre en place une stratégie? MR et cdH ont jugé que oui pour – selon le Président de l'assemblée, le cdH André Antoine – ne pas "vivre sous le yo-yo d'Alain Destexhe et de ses créatures."

La bascule

Dans le même temps, les députés "Destexhe" annonçaient qu’ils allaient voir au cas par cas quel projet voter. Mais, annonçait leur chef de file, sur le projet APE, ils s’abstiendraient et, du coup, n’empêcheraient pas le projet de passer la rampe.

Cette annonce a rebattu les cartes. Pour la coalition MR-cdH, il était désormais possible d’approuver un décret qu’elle juge majeur. Mais problème: tous les membres de l’ex-majorité n’étaient pas en mesure de voter. Singulièrement, le nouveau président du cdH, le Namurois Maxime Prévot, en vacances dans des contrées peu accessibles, ne pouvait être présent ce mercredi après-midi.

Aubaine pour le PS, Écolo et le PTB. Le chef de file socialiste, Pierre-Yves Dermagne, rappelait la règle: " Nous souhaitons poursuivre les travaux du Parlement, dans le respect des différentes forces politiques désormais en présence", disait-il. De fait, le projet aurait alors été rejeté, ce qui lui convenait parfaitement.

Au final

Ce n’est pourtant pas la voie qui a été choisie. En invoquant la notion très large de "circonstances exceptionnelles", le Bureau élargi (où MR et cdH tablent encore temporairement sur leur majorité) a inexplicablement décidé de reporter les séances à quinzaine. Un délai, analyse l’opposition, qui permet de battre le rappel des troupes MR et cdH pour voter le décret APE.

Le Président du Parlement wallon a beau ajouter "à titre privé", qu'il ne serait "pas opportun que la réforme des APE soit votée sous cette législature", tout a été mis en place pour qu’elle le soit, fût-ce de manière bancale.

Pas sûr que ce 20 mars, le fonctionnement démocratique wallon y ait gagné en limpidité.

Journal télévisé de la mi-journée

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK