Le parlement wallon allume Jean-Marc Nollet sur l'électricité

 

Les questions sont nombreuses: la note du photovoltaïque et ses répercussions, ou le tarif de transport de l'électricité en Wallonie par exemple. Il est déjà dix fois plus élevé qu'il y a un an et ce n'est pas fini. Et le volet "distribution" de la facture connaîtra lui aussi un jour une explosion.
Devant le Parlement wallon, le ministre de l'Energie fait face et reste sur sa ligne. Il défend bec et ongles les sources renouvelables: "Ne pas faire ce choix-là serait une erreur stratégique fondamentale". Selon Jean-Marc Nollet l'énergie verte a un prix mais le coût pour la société serait beaucoup plus élevé si on en restait aux énergies fossiles. "C'est un choix politique qui est fait par réalisme économique".
Voilà pour la vision à long terme. Mais sur les bancs de l'opposition MR c'est maintenant que Willy Borsus réclame du concret: "Qui va payer quoi, comment, pourquoi ?" Et visiblement, le ministre ne convainc pas: "Aucune réponse !"
C'est sûr le ministre Ecolo est sous pression. Il n'y a toujours pas d'accord gouvernemental sur la nouvelle politique tarifaire pour l'électricité, toujours pas de fumée blanche à propos du nouveau régime d'aide au photovoltaïque. Or, les factures s'allongent. Et Jean-Marc Nollet est en plus lâché par sa majorité, le PS et ici le cdH via Dimitri Fourny: "J'ai le sentiment Monsieur le Ministre que nous sommes au bord de la falaise et que vous nous demandez de parcourir le mètre en plus pour tomber dedans".
Un dossier électrique qui empoisonne la vie du gouvernement et particulièrement celle de Jean-Marc-Nollet. Et au sein du Gouvernement wallon, les Verts sont dans le rouge.
 
R. Hermans
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK