Le parlement flamand s'excuse pour les abus pédophiles

Des anciens élèves abusés se sont mobilisés depuis plusieurs années; ici, à Malines, en 2011
Des anciens élèves abusés se sont mobilisés depuis plusieurs années; ici, à Malines, en 2011 - © SISKA GREMMELPREZ - BELGAIMAGE

Le parlement flamand présentera ce mardi ses excuses aux victimes d'agressions pédophiles commises depuis des décennies. C'est une première en Belgique. L'Irlande a déjà franchi le pas en 2009, en présentant des excuses, je cite, pour les défaillances de l'Etat face à des décennies d'abus sexuels perpétrés sur des enfants par des prêtres catholiques.

En 2010, côté belge, l’Église a demandé pardon tant pour les agressions que pour le traitement inadéquat de celles-ci. Aujourd'hui, c'est une grande première, le parlement flamand fera la même chose pour les victimes d'abus et de violences à caractère pédophile perpétrés dans des institutions flamandes au sens large. Cela dépasse donc le cadre de la seule église catholique, et inclut toutes les écoles, orphelinats etc.

Pour certains, à quelques semaines des élections, ça sent la récupération politique. Pour d'autres, c'est l'aboutissement normal d'un travail mené depuis des mois au parlement flamand.

Ces excuses apparaissent pour les victimes comme une reconnaissance sociale de ce qu'elles ont vécu, estime Jean-Yves Hayez, pédopsychiatre.

Mais il précise qu'il y a deux conditions pour qu'elles soient vraiment porteuses d'effets. "La première est que ceux qui s'excusent reconnaissent aussi qu'il y a eu, et qu'il y a encore, une part de responsabilité générale de la part de la société".

Il faut ensuite que les excuses soient accompagnés d'actes, ajoute-t-il. Par exemple, mettre en place de nouvelles structures et garantir que les enfants seront mieux écoutés et mieux aidés.
 

W. F., avec Marc Sirlereau

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK