Le parcours d'intégration flamand jugé trop cher, polémique

Le parcours d'intégration proposé par Geert Bourgeois est jugé trop cher
Le parcours d'intégration proposé par Geert Bourgeois est jugé trop cher - © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Début de polémique autour du fameux "parcours d'intégration" du ministre flamand de l'Intérieur, le N-VA Geert Bourgeois. Et les critiques viennent cette fois de Flandre même, avec un rapport négatif de l'Inspection des Finances. Le parcours est trop coûteux, et trop cher. Le ministre devra s'expliquer devant le Parlement du Nord ce mardi.

La polémique est venue du Parlement flamand. Pas particulièrement heureux de découvrir à la veille d'un débat sur un projet de décret visant à rationaliser le secteur de l'intégration des nouveaux venus en Flandre, "l'inburgering" du N-VA Geert Bourgeois, qu'on lui avait peut-être un peu caché un récent rapport de l'Inspection flamande des Finances, critiquant vertement le plan d'intégration.

Ce plan d'intégration est "un parcours d'intégration civique. Ce parcours s'articule autour de cours de néerlandais, d'une formation sur la vie en Flandre et en Belgique et d'un accompagnement au niveau du travail, des études et des loisirs. Ce parcours d'intégration civique est gratuit".

Trop cher, trop compliqué, estime l'Inspection des Finances dans son rapport. Rapport qui concerne le nouveau projet de réforme du ministre Bourgeois, mais qui égratigne ce qui existe en fait depuis 2009. Ce parcours d'intégration suivi depuis lors par près de 70 000 personnes.

Cours de néerlandais de base, cours d'orientation sur la société, accompagnement personnalisé pour une éventuelle formation professionnelle. Un parcours obligatoire pour les ressortissants hors Union européenne sur inscription ; sur base volontaire pour les autres.

Il en coûte en fait 1500 euros par personne totalement pris en charge par la Communauté flamande. Visiblement aux yeux de certains, cela fait un peu cher. Le ministre Bourgeois répondra cet après-midi. 

Fabien Van Eeckhaut

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK