Le Palais prolonge la mission des informateurs pour la formation d'un gouvernement "dans les meilleurs délais"

Le Roi prolonge la mission d’information de Johan Vande Lanotte et de Didier Reynders sur leur proposition. C’est ce qu’indique un communiqué du Palais à l’issue de la remise du rapport des informateurs au Roi Philippe ce jeudi 6 juin.

"Sur leur proposition, la mission a été prolongée et ils feront à nouveau rapport au Roi le lundi 17 juin. Ils continueront à œuvrer en vue de permettre la formation d’un gouvernement fédéral dans les meilleurs délais."

Quelques instants après avoir été reçus en audience, les deux informateurs sont arrivés au Palais d’Egmont pour une première communication à la presse sur l’état d’avancement de leur mission. Jusqu’ici, la discrétion annoncée par les deux chargés de mission du Palais a été scrupuleusement respectée.

"Nous venons de faire rapport au Roi. Le Roi nous a demandé de poursuivre nos travaux", a confirmé Didier Reynders.

Au cours de la semaine écoulée les informateurs ont mené une série de rencontres politiques. "Nous avons rencontré tous les présidents de tous les partis en mesure de jouer un rôle dans la formation du gouvernement." Didier Reynders a précisé que cela excluait le Vlaams Belang et le PTB. Les informateurs ont également pris acte de la décision du cdH de ne pas participer aux majorités.

A coté de ces discussions politiques, les informateurs ont également eu des contacts avec les partenaires sociaux, tout comme la Banque Nationale ou encore Netwerk Tegen Armoed. Mais les informateurs ont aussi demandé différents rapports à certains services publics comme la Police ou la Justice. "En parallèle nous avons demandé à plusieurs services politiques de nous communiquer des notes sur leurs attentes", a expliqué Didier Reynders.

Les informateurs ont veillé à avoir une attention pour les défis climatiques. "Nous avons discuté avec Jean-Pascal Van Ypersele (climatologue, membre du GIEC, ndlr) des enjeux autour du changement climatique."

Les informateurs ont terminé par une mise en garde, estimant que la situation actuelle est moins confortable pour le gouvernement en affaires courantes que celles qu’ont pu connaître d’autres gouvernements en affaires courantes précédemment.

"Sur base de tous les contacts que nous avons entretenus, nous estimons qu’un scénario tel que nous l’avons connu en 2010 et 2011 n’est plus possible. L’actuel gouvernement en affaire courante n’a pas le même pouvoir décisionnel que les gouvernements précédents," a fait remarquer Didier Reynders.

"Cela entraîne une conscience très forte chez tous les partenaires que nous avons rencontrés." Les informateurs font ici référence au fait que le gouvernement en affaires courantes est désormais largement minoritaire à la Chambre. En d’autres termes, les informateurs estiment que la Belgique ne pourra plus se permettre une si longue attente pour former un gouvernement. Didier Reynders a notamment mentionné la menace d’une dégradation du climat économique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK