Le non-marchand se met en grève à Bruxelles ce vendredi

Photo d'illustration
Photo d'illustration - © Tous droits réservés

Différents arrêts de travail et actions vont perturber le secteur du non marchand en région bruxelloise vendredi pour appeler à une revalorisation plus importante du secteur, ont annoncé les trois syndicats en front commun, qui ont déposé un préavis de grève.

Cette journée marquera le début d’un plan d’actions, dont des mobilisations les 21 janvier, date d’une première réunion de négociation avec le gouvernement bruxellois, le 12 février et le 16 mars. Les syndicats se donnent rendez-vous ce vendredi à 10 heures devant la Centrale de Services à Domicile, à Saint-Gilles, et à 12h45 devant la maison de repos Paul Delvaux, à Watermael-Boistfort.

Les grévistes mettront en avant la demande d’une revalorisation à hauteur de 100 millions par an pour Bruxelles. Le refinancement prévu tourne autour des 7,5 millions en 2021, 15 millions en 2022, 22 millions en 2023 et 30 millions en 2024.

En comparaison, la revalorisation est de l’ordre de 100 millions en 2021 et 260 millions en 2024 à terme en Wallonie et il est question de plus de 500 millions annuels en Flandre. "Ce qui nous inquiète c’est que l’argent débloqué à Bruxelles va surtout servir à implémenter après 2021 l’IFIC, la nouvelle grille salariale des secteurs régionalisés, donc pour les maisons de repos uniquement", remarque Vinciane Convens, coordinatrice de la CNE pour le non marchand à Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK