Le non-marchand fait résonner sa colère sur les pavés de Bruxelles

Le secteur non-marchand battait le pavé de Bruxelles ce matin pour des revendications connues de longue date: une charge de travail trop forte pour un salaire trop faible. Les syndicats évoquent un "vrai succès" avec 20 000 manifestants. La police en comptabilise 17 000.

Travailleurs sociaux et culturels, puéricultrices, infirmières et médecins s'étaient donné rendez-vous ce matin. 

Les travailleurs des maisons médicales inquiets

Les membres de la Fédération des maisons médicales sont présents en nombre jeudi à la manifestation du secteur non-marchand à Bruxelles. Habillés de blanc, ils font part de leurs craintes après la décision du gouvernement fédéral d'imposer un moratoire sur ces structures.

"Maggie De Block (la ministre de la Santé) impose un moratoire", explique Christophe Cocu, président de la Fédération des maisons médicales. "Elle évoque une économie de 7 millions d'euros. Or, ce qui sera économisé par ce moratoire sur les maisons médicales où l'on paie au forfait sera finalement dépensé en remboursements de prestations à l'acte", fait-il remarquer.

Selon M. Cocu, on dénombre un centaine de maisons médicales dans la partie francophone du pays et une quarantaine en Flandre. "Dans les villes, elles garantissent un accès aux soins à tous. Dans les régions rurales, elles pallient le manque de médecins généralistes."

Pouvoir d'achat et salaire insuffisants

Les syndicats militent pour davantage d'emploi dans le secteur non-marchand et pour un pouvoir d'achat accru, avec notamment une augmentation des salaires bruts. Ces mêmes syndicats demandent aussi, pour le secteur non-marchand, une meilleure qualité de vie et un soulagement des fins de carrière. Sans oublier la lutte contre les temps partiels involontaires. Les délégations syndicales seront reçues par plusieurs ministres, dont le Premier ministre avec lequel un rendez-vous était prévu à 8h30. Y participent également le ministre de l'Emploi Kris Peeters et son homologue de la Santé, Maggie De Block.

La manifestation a d'importantes répercussions sur la circulation dans le centre de Bruxelles. Voici les endroits à éviter ce jeudi. La police demande de ne pas venir en voiture à Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK