Le néerlandais d'Elio Di Rupo? Alles kan beter

RTBF
RTBF - © RTBF

Le président du PS, grand vainqueur des élections au sud du pays mais aussi grand favori pour le poste de Premier ministre, parle-t-il suffisamment le néerlandais pour être le Premier de tous les Belges ? Peut mieux faire, alles kan beter, comme on dit au nord du pays.

Au lendemain des élections, le possible futur Premier ministre sexprimait en français mais aussi en en néerlandais devant la presse. Pour le discours, cétait appréciable, mais quand il sest agi de répondre aux questions des journalistes, lexercice sest avéré un peu plus difficile.


Yves Borms est journaliste à la VRT et a eu plusieurs fois l'occasion d'interviewer Elio Di Rupo. "Cest pas évident de faire une interview avec monsieur Di Rupo car il sort difficilement de ses mots".  A la question de savoir si, à son avis, le président du PS serait capable de participer à un débat de haut niveau en néerlandais, Yves Borms répond : "Non, je ne pense pas".
Son collègue, Johny Vansevenant, est moins sévère : "Son néerlandais est presque acceptable; il a une bonne base mais je pense quil doit encore faire un effort.  Il devrait y avoir des néerlandophones dans son entourage. Lorsque Guy Verhofstadt est devenu Premier ministre, certains journalistes mont dit, lors de sa toute première conférence de presse, que son français nétait pas suffisant.  Ensuite il ny a plus eu de problème pour lui à ce niveau là".

Un Premier ministre doit-il être parfait bilingue?
Selon Jo Buelens, politologue à l'Erasmushogeschool Brussel, "il ny a aucune exigence en la matière. Aucun règlement ne précise quil doit être bilingue.  Je dirais que cest simplement une question de politesse".

Dans tous les cas côté flamand, on apprécie la volonté d'Elio di Rupo de parler néerlandais. L'intention est là, et c'est déjà ça.

I.L. avec Annick Capelle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK