Le MR en ébullition, la présidence de Georges-Louis Bouchez sur la sellette

Le MR en ébullition, la présidence de Georges-Louis Bouchez sur la sellette
2 images
Le MR en ébullition, la présidence de Georges-Louis Bouchez sur la sellette - © HATIM KAGHAT - BELGA

La fronde est en marche du côté du MR, où le sort du président Georges-Louis Bouchez paraît de plus en plus incertain. La contestation monte après ses choix vus comme ultra-personnels dans le casting gouvernemental.

Et la tentative d'éviction de la ministre wallonne Valérie De Bue, finalement annulée car en contravention avec la réglementation entourant la composition du gouvernement wallon, pourrait être la gaffe de trop. Depuis, la "maison bleue" brûle à tous les étages et Georges-Louis Bouchez  s'efforce toujours d'éteindre l'incendie.

Depuis deux jours, il cherche à s’expliquer sur ses choix et se cherche des soutiens de plus en plus rares. Et son explication est toujours la même:  passer de 7 à 3 ministères n'est jamais simple, cela devait forcément créer des frustrations. Point. Et l'interview donnée ce matin à Sud Presse n’arrange rien. Georges-Louis Bouchez refuse de se remettre en cause et de reconnaître qu’il a commis une erreur.

Les élus passent, les militants restent

Certaines fédérations semblent se désolidariser de GLB. Celle de Liège se dit en tout cas meurtrie par l'attitude du président, comme l'exprime Daniel Bacquelaine, député: "Il y a eu un problème ! Les choses n’ont pas été faite correctement au niveau du parti. Il y a eu un manque de considération et de respect aussi vis-à-vis de certains mandataires et je pense qu’il faut remettre de l’ordre et de la méthode au sein du parti, on doit opérer une très large concertation aujourd’hui pour se remettre en ordre de marche. Je parle de ma fédération de Liège où il y a un problème de représentation aujourd’hui. Il faut une réparation envers un certain nombre de personnes. Le parti a été un peu abîmé ces derniers temps".

Même son de cloche chez un autre cadre du parti, le député fédéral Michel De Maegd: "Les problèmes se règlent en famille. Dans un parti, comme dans une famille d’ailleurs, la base fondamentale, c’est le respect de l’autre. Il y a un dicton qui dit, les élus passent, les militants restent. Dans une carrière politique, il ne faut jamais l’oublier !".

Et même si elles n’ont pas souhaité répondre à notre micro, les élues du MR au Parlement fédéral, dont la nouvelle ministre des Affaires étrangères et ex-Première ministre Sophie Wilmès, ont pris la pause cette après-midi en soutien aux parlementaires wallonnes après la tentative de Georges-Louis Bouchez de remplacer la ministre wallonne Valérie De Bue par l’ex-ministre fédéral Denis Ducarme.

Voici l'image postée par Florence Reuter (MR), bourgmestre de Waterloo et députée fédérale sur le réseau social Instagram.

Certains ténors, même parmi ses soutiens, ont visiblement annoncé un début de lâchage. Des ténors qui se parlent, qui se comptent. Et qui affirment que de nombreux militants rendent leur carte, dégoûtés, signe d'une colère profonde, selon une cadre du parti, qui dénonce aussi l'influence en coulisse de la famille Michel. Charles Michel se serait entretenu avec Georges-Louis Bouchez. 

Les opposants au président élaborent des scenarii, attendent un geste fort, une présidence plus collégiale, voire un pas de côté du président. Une démission que certains demandent de plus en plus clairement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK