Le MR en congrès: débats autour de l'enseignement

Le MR en congrès: débats autour de l'enseignement
Le MR en congrès: débats autour de l'enseignement - © Tous droits réservés

Le MR est réuni en congrès ce dimanche à Bruxelles, autour d'un thème : l'enseignement. Des ateliers pour discuter de l'enseignement fondamental et supérieur, et préparer le programme électoral de 2014.

Le MR y a soumis le carnet "Bâtir l'avenir" de l'enseignement avec lequel il a confronté ses réflexions aux acteurs de l'enseignement depuis un an.

Un mouvement réformateur d’abord très critique sur les deux législatures écoulées en fédération Wallonie Bruxelles: "On a multiplié les initiatives réglementaires de manières obsessionnelle", dit le président du MR Charles Michel. "Et donc on a un peu étouffé les écoles. Nous faisons nos plus confiance aux enseignants, aux acteurs de l'école. On n’est pas comme la gauche l’a été ces dix dernières années, dans une espèce de procès en suspicion généralisée, en infantilisation des acteurs de l’école, directeurs ou enseignants".

Les libéraux avançaient aussi des solutions concrètres: "Des mesures de bon sens pas des discours généraux et généreux", poursuit Charles Michel. "La remédiation immédiate, le CEB mérité, la tolérance zéro pour l’insécurité dans les écoles, des bâtiments scolaires de qualité, la suppression du décret inscriptions, voilà quelques propositions phares qui montrent que nous voyons clair sur ce que nous voulons pour l’avenir dans nos écoles".

"Egalité des chances, travail, effort, liberté et responsabilité sont les idées de départ sur lesquelles on construit une société plus forte et plus juste. Nous refusons un nivellement par le bas", a commenté dans ses conclusions Charles Michel.

Dix propositions

Parlant du "désastre des décrets inscriptions successifs partis d'une présomption de culpabilité des directeurs d'école à l'égard des outils pédagogiques", le président du MR a déploré "le tsunami réglementaire permanent induit par des personnes qui n'ont plus vu une classe depuis longtemps" et favorisé selon lui par un gouvernement de gauche "incapable de tenir ses promesses" en matière de bâtiments scolaires.

Au total, dix propositions débattues entre libéraux, mais aussi entre acteurs extérieurs au MR, qui ont aussi été associés au vote de ce volet enseignement du programme électoral.

P. Magos, avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK