Le MR constate l'échec et plaide pour la concertation

RTBF
RTBF - © RTBF

A l'issue de la réunion de l'intergroupe parlementaire du MR, le président Didier Reynders constate l'échec des négociations, réaffirme la nécessité de défendre les droits individuels des francophones. L'échec serait la conséquence d'une mauvaise méthode.

"Nous constatons l'échec des négociations à sept. On l'apercevait depuis plusieurs semaines. Maintenant, nous en avons la confirmation", a dit le président.

Par ailleurs, le MR tient à réaffirmer avec force la nécessité de défendre les droits individuels des francophones. "Cette nécessité est d'autant plus grande lorsqu'on voit ce que la note de M. De Wever proposait", a ajouté Didier Reynders, qui s'interroge toujours sur ce qui avait été négocié jusqu'à présent par les trois partis francophones PS, cdH et Ecolo.

Le MR maintient aussi que l'échec est l'aboutissement d'une mauvaise méthode. Il répète que pour lui il fallait commencer par définir ce que flamands et francophones veulent encore faire ensemble. "Ce n'est pas ce qu'on a fait et la méthode adoptée a abouti à un blocage".

Enfin, le MR demande une vraie concertation de tous les partis francophones. "Nous le demandons depuis des semaines. Après l'échec, cette concertation s'avère indispensable pour déterminer comment défendre aux mieux les droits des francophones mais aussi éventuellement pour changer la méthode", a conclu Didier Reynders.

Louis Michel appelle à une union des francophones

Louis Michel se demande sur Bel RTL comment Bart De Wever a pu présenter une proposition tellement unilatérale."L'heure est à l'union des francophones. Le moment est venu de consacrer cette union, de reconvoquer une réunion entre francophones pour fixer une stratégie commune", a indiqué Louis Michel.

"Ce qui m'inquiète", a dit Louis Michel, c'est que cette note a été déposée sur la table "après des consultations, aussi avec les présidents francophones, or on n'y trouve aucune revendication francophone, c'est la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde sans compensation, 60 000 électeurs francophones se retrouveraient sans droits élémentaires, sans droits électoraux".

Sur le fond, Louis Michel craint qu'il ne soit pas possible d'améliorer la note de Bart De Wever car elle prépare "la fin programmée de l'Etat belge avec un appauvrissement des Wallons et des Bruxellois". Selon Louis Michel, Bart De Wever est un fin stratège car "il coince les autres flamands, modérés, qui ne réagissent pas". Il a solidifié le front flamand. Côté francophones, certains comme le cdH ont appelé à se remettre à table pour entamer des négociations réelles. "Je suis assez surpris, il y a une contradiction flagrante, cette note est imbuvable mais en même temps il faut négocier", a réagi le député MR.

Le président du MR Didier Reynders avait proposé jeudi dans La Libre un gouvernement à quatre, avec PS, MR, CD&V et N-VA. "C'est une possibilité parmi d'autres mais je ne pense pas que ce soit très praticable, les conditions ne semblent pas réunies pour ce format-là", a indiqué lundi Louis Michel, appelant à l'union des francophones pour "qu'il n'y ait plus le moindre malentendu" entre eux.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK