Le MR accuse Ecolo de vouloir taxer la viande : que disent les programmes ?

Dans un clip de campagne diffusé ce mardi sur les réseaux sociaux par le Mouvement Réformateur, le parti de Charles Michel semble accuser Ecolo de vouloir taxer la viande. Une mesure pourtant inscrite nulle part dans le programme Ecolo et démentie il y a déjà plusieurs mois par les Verts.

Pour tenter d’y voir plus clair, nous avons analysé les programmes pour tenter de décrypter ce nouvel épisode d’une campagne particulièrement virulente et symptomatique du climat glacial entre les deux partis.

Le clip s’articule autour de la question de l’agriculture et ne dure qu’une minute. On y aperçoit la cliente d’une boucherie s’inquiéter de l’augmentation du prix de la viande. « Avec les verts, toujours plus cher. Ils veulent encore plus nous taxer la viande » lui répond le commerçant.

L’ancienne ministre de l’Économie et de l’Agriculture et actuelle candidate MR, Sabine Laruelle, intervient ensuite en déclarant que le MR « ne laissera jamais faire ça ». Et de rajouter, « plutôt que de punir nos agriculteurs et agricultrices, consommons local ».

Que dit en fait le programme des Verts à propos de la viande ou de l’agriculture ?

Promouvoir l’agriculture biologique par la mise en place d’une TVA dégressive et ramenée à 0% pour tout produit non transformé, certifié bio ou par un système de garantie

Joint par nos soins, Christophe Cordier, le directeur de la communication du MR, assure que le parti reste sur ses positions, suite notamment aux propos tenus durant une interview par Kristof Calvo (Groen) sur le plateau de l’émission « C’est pas tous les jours dimanche », sur RTL, dans lequel celui-ci parlait de « coût vérité » de la viande.

Dans cet extrait, le chef de groupe Groen n’évoque pourtant pas de taxation supplémentaire sur la viande, mais de favoriser d’autres alimentations.

Que dit le programme de GROEN, l’homologue flamand d’Ecolo ?

Nous encourageons les alternatives à la viande et encourageons la recherche de sources de protéines alternatives […] Nous optons pour une politique alimentaire plus respectueuse du climat et plus saine pour l’homme, les animaux et le paysage

C’est donc l’idée « d’un prix équitable », mais aucunement mention d’une taxe. En plus de la lutte contre le gaspillage alimentaire, le parti vert flamand mentionne également une mesure concernant la réduction du cheptel bovin.

 

D’ici 2030, nous parviendrons à une exploitation durable du poisson et du bétail et à une réduction de moitié du bétail. Nous inclurons les droits des animaux dans la Constitution

Côté francophone, le MR justifie son attaque en se référant également au programme d’Ecolo. Les verts suggèrent de « taxer les produits polluants » comme on peut le constater au point 9.3 de leur programme.

Rendre les choix écologiques moins chers en augmentant la fiscalité sur les services et produits polluants, en supprimant les subsides dommageables, en appliquant le principe du pollueur-payeur et en abaissant la fiscalité sur les services produits écologiques

A aucun moment le terme « viande » n’est mentionné. On retrouve également d’autres propositions concernant l’agriculture.

Un changement du modèle agro industriel s’impose, et ne peut plus attendre. La transition doit être accélérée et les actuels financements et incitants dévolus à l’agriculture et l’alimentation réorientées massivement en ce sens.

Selon le Mouvement Réformateur, « lorsque Ecolo emploie le terme de produits polluants, il fait notamment référence à la viande ». Et si le terme « viande » n’est pas explicitement mentionné dans cette mesure d’Ecolo, le MR parle de « décryptage ».

Aucune mesure de la sorte selon Ecolo

Dans un communiqué publié en avril sur le site d’Ecolo, Pascal Devos, direction de la communication au sein du parti, avait déjà précisé que le parti ne souhaitait pas taxer la viande. « Nous ne voulons pas imposer de nouvelles taxes sur la viande. Par contre, il est vrai que nous voulons soutenir les produits bio pour les rendre moins chers. »

Toujours à ce sujet, les verts proposaient donc que « le coût de la labellisation bio soit pris en charge par les pouvoirs publics, plutôt que de continuer à encourager le développement d’une agro-industrie qui nous conduit régulièrement vers des scandales alimentaires à répétition ».

Pascal Devos a réagi en ajoutant qu' « à défaut d’avoir un bilan à défendre, le MR enchaîne les mensonges. Ils ont consciemment décidé d’adopter les méthodes de Donald Trump. Comme lui, ils pratiquent la désinformation la plus totale. Tout débat démocratique et argument devient impossible ».

« Bientôt ils vont accuser Ecolo d’être à la source du réchauffement climatique. Et dire que le 1er ministre voulait lancer un fond pour lutter contre les fake news. En 10 jours de campagne le MR a déjà épuisé le budget du fond », conclut-il.

Si certains éléments dans les divers programmes peuvent être sujets à interprétation, nul doute qu’à quelques semaines des élections, la tension semble à nouveau monter d’un cran entre les deux partis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK