Le Mouvement de Gauche se vide de ses membres qui rejoignent Vega

Le Mouvement de Gauche se vide de ses membres qui rejoignent le parti Vega de Decroly
Le Mouvement de Gauche se vide de ses membres qui rejoignent le parti Vega de Decroly - © Tous droits réservés

Une trentaine de membres-fondateurs et de responsables du Mouvement de Gauche (MG), fondé par le député wallon inculpé de l'assassinat de sa femme Bernard Wesphael, ont annoncé lundi qu'ils rejoignaient le parti Vega, récemment créé par l'ex-député Ecolo Vincent Decroly. Une partie des cofondateurs du Mouvement de Gauche (MG) a annoncé lundi son intention de "poursuivre son aventure" en dépit de la défection.

Parmi eux figurent la présidente du MG, Caroline Bertels, la secrétaire fédérale du MG et assistante parlementaire de M. Wesphael, Marguerite Cloes, le directeur de campagne du MG et secrétaire de l'ASBL de financement du MG, Thierry Dekeyzer, le responsable de la communication et assistant parlementaire du député Wesphael, Julien Degreef.

"S'inscrivant dans une logique de rassemblement de la gauche, fatigués de devoir se battre contre des ennemis intérieurs, nous voulons préserver le projet d'une gauche radicale, sociale, résolument anticapitaliste, laïque, démocratique, citoyenne, nonproductiviste et écosocialiste", affirment les membres démissionnaires du MG dans un communiqué.

"Aujourd'hui, cet espoir se retrouve dans le Mouvement Vega emmené par Vincent Decroly", ajoutent-ils.

"C'est donc très naturellement que nous quittons le Mouvement de Gauche et faisons le choix d'appeler à rejoindre cette nouvelle initiative pour préserver notre combat", "afin de construire une gauche fédératrice en Belgique", soulignent-ils encore.

Selon ces déçus du Mouvement de Gauche, "le rêve s'est fracassé" après la "tragédie d'Ostende" - une référence à l'inculpation de M. Wesphael (qui clame toutefois son innocence) pour l'assassinat de son épouse, Véronique Pirotton, lors du congé de Toussaint dans la cité balnéaire.

"Des éléments toxiques individuels et institutionnels ont profité de l'ouverture démocratique qui était pratiquée et ont gangrené le MG", dénoncent-ils enfin.

Le Mouvement de Gauche veut continuer

"Outre le caractère peu courtois de la démarche, nous sommes contraints de nous rendre à l'évidence, ces démissionnaires qui freinaient l'ascension du MG, notamment, en empêchant la diffusion du programme écrit, amendé et voté par sa base citoyenne, vouaient un culte à la personnalité de Bernard Wesphael" (le député wallon inculpé pour l'assassinat de sa femme fin octobre à Ostende, NDLR), indiquent les cofondateurs du Mouvement de Gauche et responsables des arrondissements de La Louvière, d'Ath, de Liège, de Thuin, de Charleroi, du Luxembourg, de Dinant-Philippeville, de Mons et de Bruxelles dans un communiqué.

"Ce programme était-il trop à gauche pour ces démissionnaires qui ne pouvaient porter la défense des chômeurs et l'appropriation collective des outils de production?", se demandent-ils.

Selon l'une des responsables du MG restée fidèle à la ligne du mouvement, Marie-Françoise Lecomte, les départs représentent environ 10% des adhérents.

Marie-Françoise Lecomte et un autre cofondateur, Saïd Cherrid, assurent que le Mouvement de Gauche "entend poursuivre son aventure dans l'intérêt général et plus particulièrement dans celui des plus démunis".

En vue du scrutin de mai 2014, le MG affirme enfin "rester ouvert à toutes alliances constructives de type Front de Gauche à la française sur base d'un dénominateur commun: l'écosocialisme".

 


Belga

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK