Le ministre de la Mobilité François Bellot, en colère, évoque la fin du monopole de Skeyes

François Bellot en colère, le ministre de la mobilité évoque la fin du monopole de Skeyes
François Bellot en colère, le ministre de la mobilité évoque la fin du monopole de Skeyes - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La nouvelle grève survenue chez Skeyes hier, et qui a entraîné une nouvelle fois la fermeture de l'espace aérien belge pendant plusieurs heures, a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot ne cache pas sa colère : « Skeyes et les contrôleurs sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis »

Le nouveau contrat de gestion de Skeyes est actuellement en négociation, notamment avec les régions. Et François Bellot de souligner que la Région wallonne refuse désormais de poursuivre la négociation et cherche à recourir à d’autres services de contrôle aérien. «  Le monopole de Skeyes est sans doute arrivé à la fin par ce mouvement de grève et je pense que le service continu et le service minimum dans cette activité devra être mis en œuvre ». aires

Tous les acteurs le veulent, et pas uniquement le gouvernement indique encore François Bellot, « parce que les contrôleurs prennent en otage toute l’activité économique. En Belgique il y a déjà pas mal de vols qui se délocalisent à l’étranger, et cela nous ne pouvons pas l’accepter ».

A l'issue du conseil des ministres ce matin, Charles Michel a embrayé en annonçant que le gouvernement fédéral lançait « de toute urgence un appel à la responsabilité » afin qu'une solution soit trouvée. Pour le Premier ministre « le monopole de Skeyes est un problème sur lequel il faudra travailler à moyen terme»

Le gouvernement a en tout cas chargé ce vendredi ses avocats de préparer des hypothèses sur la possibilité d'actions en justice pour « abus de droit vis-à-vis de ceux qui bloquent la situation chez Skeyes » en proie à un conflit social, a encore dit Charles Michel.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK